Télévision ivoirienne Quel programme pour les téléspectateurs

227

Il faut un nouveau programme aux téléspectateurs ivoiriens qui consiste à posséder un contenu, avec les débats politiques, économiques, des productions sur nos valeurs culturelles : Des fêtes des ignames en région Akan, des masques en pays Wê et Yacouba. Tout comme des fêtes de générations. Ce mouvement va aussi avec les productions musicales nationales. Il faut faire connaître à la jeune génération des musiciens comme Ernesto Djédjé, Amédée Pierre, Mamadou Doumbia, l’OFI de Bouaké, Aspro Bernard, Yapi Jazz, Anoma Brou Félix, Jimmy Hyacinthe, Lougah François. Aujourd’hui, le programme musicale de la télévision est conduit par des ‘’chants et des gestes  très hostiles ». La télévision ivoirienne ne dispose pas assez d’audience pour séduire ses téléspectateurs. Elle a jeté l’éponge devant ses homologues français, dont les antennes ‘’coiffent’’ toutes les maisons abidjanaises. Elle peut faire mieux. Des dossiers, des enquêtes, des interviews exclusives. Des entretiens avec des hautes figures politiques du Pdci-Rda et du Fpi, premier parti politique d’opposition après l’indépendance. L’ambition de la télévision ivoirienne reste de séduire. Et a une mission historique qui est d’informer correctement. Les journaux télévisés des deux antennes (Rti1 et Rti2) ne jouent pas ces liens qu’elles doivent nouer avec son audience, pour enrichir la couverture de l’actualité. Les deux rédactions doivent expérimenter l’usage des ‘’invités’’ avec de grandes questions d’actualité, qui s’apprêtent à proposer aux téléspectateurs leurs avis sur le Franc FCFA, la guerre des Djihadistes, le Proche-Orient déstabilisé, le nouveau visage de la       Maison Blanche avec Donald Trump. Faudra-t-il toujours attendre des deux antennes de la télévision ivoirienne, qu’elles continuent de travailler, informer comme en 1970 ? À sa création, la télévision ivoirienne était une force, avec des contenus éditoriaux en lien avec la réalité ivoirienne et africaine. Cette source était animée par Joseph Diomandé (Journal télévisé), Mamadou Ben Soumahoro (fauteuil blanc), Jésus Kouassi Yobouet (grand journal). La télévision va prendre un autre visage avec Eugène Die Kacou, Savané Ahmed(Sport), qui vont valoriser leurs capacités à mobiliser l’audience du média d’État.

Ben Ismaël

PARTAGER