9emes jeux de la Francophonie en RDC : le ministre Pepin Guillaume Manjolo rassure

2297
Le ministre congolais Pépin Guillaume Manjolo et Louis Mushikiwabo (OIF)

Dernère publication

Après la Côte d’Ivoire en 2017, c’est la république démocratique du Congo (RDC) à travers Kinshasa qui accueillera en Juillet 2021 les 9emes jeux de la Francophonie.

Présent à Addis-Abeba dans le cadre du 33eme sommet de l’UA et de la soirée francophone avec la RDC à l’honneur, le ministre congolais de la coopération internationale, intégration régionale et de la Francophonie, Pepin Guillaume Manjolo rassure :
« La RDC qui a rempli le cahier de charge en suivant toute la procédure d’évaluation a été retenue pour organiser les 9emes jeux de la Francophonie en Juillet 2021.

En effet, les préoccupations des Chefs d’Etats, des experts et de l’OIF étaient portées sur la sécurité et les maladies avec le virus à Ebola. Il faut aussi savoir que la RDC a déjà organisé plusieurs sommets de haut niveau, donc a atteint des standards de sécurité raisonnable. En 2021, toutes les dispositions seront prises pour donc offrir un accueil chaleureux aux participants. Enfin, je serai moi-même très prochainement en Côte d’Ivoire pour échanger avec les autorités ivoiriennes qui ont déjà l’expérience de ces jeux. A cet effet, je viens d’échanger avec notre compatriote, Mme Joséphine Charlotte Mayuma Kala, représentante du président de la commission de l’UA à Abidjan qui suit également le dossier pour nous au sein de l’UA. Avant la soirée francophone organisée en partenariat avec la RDC, j’ai échangé avec la secrétaire générale de l’OIF, Louise Mushikiwabo, qui nous soutient et nous accompagne dans cette aventure francophone ».

Abidjan avait accueilli du 21 au 30 Juillet 2017, plus de 3 500 participants, dont 2 500 concurrents, 43 États et gouvernements membres de la Francophonie, 900 journalistes accrédités, dont 300 internationaux, 8 chefs d’État présents à la cérémonie d’ouverture et des représentants des États et gouvernements en grand nombre. Kinshasa pourra-t-elle faire mieux ?

Philippe Kouhon, envoyé spécial à Addis-Abeba

Commentaire

PARTAGER