Formation en ligne : Educartis s’installe en Côte d’Ivoire

4714

Dernère publication

Educartis, le moteur de recherche pour la formation leader en Afrique, a commencé à opérer en Côte d’Ivoire. Sa plateforme en ligne http://www.educartis.ci regroupe 500 opportunités de formation.

Des diplômes universitaires y sont décernés à savoir des licences, maîtrises et des diplômes de 3ème cycle. Ce moteur de recherche propose aux internautes un nouvel outil qui facilite la communication entre les centres éducatifs et les utilisateurs du Web. Grâce au Menu du centre qui vient d’être lancé, les institutions peuvent créer et administrer leur offre de cours et les publier directement sur le site. Cela leur permet d’avoir plus d’autonomie quant au contenu de leurs formations et de gagner en efficacité dans la promotion des nouveaux programmes afin d’attirer plus d’étudiants potentiels. Par sa présence dans 9 pays (Angola, Nigeria, Afrique du Sud, Cameroun, Côte d’Ivoire, Congo Démocratique,Ghana, Kenya et Zambie), cette structure devient l’annuaire global leader de l’éducation sur Internet. La seule page angolaise réunit l’information de plus de 6700 cours, formations, licences et masters proposés par 243 centres différents. Les avantages de cette nouvelle fonctionnalité lui permettent de faire office de vitrine pour l’offre éducative des centres de formation. Avec ce nouvel outil, la possibilité de promouvoir ses cours sur un portail web reconnu n’est plus réservée seulement aux universités avec de gros moyens. Dans peu de temps, le site Internet sera ouvert dans de nouveaux pays en Afrique. Sa gestion est prise en charge par une équipe internationale comptant des bureaux à Luanda (Angola), Bilbao (Espagne) et Varsovie (Pologne) et des représentants à Abidjan (Côte d’Ivoire). Le portail a été créé en 2016 après le succès qu’a connu le portail d’emploi Jobartis lancé en Angola. En Février 2016, les créateurs décidèrent de faire grandir le projet avec la création du nouvel outil comme marque global pour le portail éducatif.

Ernest Famin

Commentaire

PARTAGER