Abata, Koutoukou : prise en charge des obsèques des victimes, don de 5 millions Fcfa ( Hamed Bakayoko)

455

Dernère publication

Vendredi 5 juillet 2019, le ministre d’État, ministre de la défense Hamed Bakayoko était aux côtés des populations du village de Abata, dans la commune Bingerville, pour apporter soutien aux familles des personnes décédées après avoir consommé une boisson alcoolisée frelatée (Kotoukou) dans un bistro du village.

Lors de la cérémonie qui a servi de cadre, le ministre Hamed Bakayoko, Fils du village (membre de la catégorie Dougbô Agban, et possédant une résidence en cette qualité ), Hamed Bakayoko, a annoncé aux familles éplorées la prise en charge les frais d’obsèques des personnes décédées. Il a élégamment offert la somme de 5 millions F CFA au village. Sur ces 5 millions F CFA, 3,5 millions reviennent aux parents des 7 personnes décédées et 200 mille f CFA à une autre victime hospitalisée.

«Je suis venu vous dire “yako“. Je viens vous porter la compassion, la solidarité, d’un frère, d’un fils. Aussi, vous traduire la solidarité du Président de la République et de l’ensemble du gouvernement. Être là en ce moment avec vous, est important. Quand on est ensemble, on l’est aussi-bien dans les moments de joie que les moments de peines. Je sais que la peine du village est grande. Mais, en pareille circonstance, il faut regarder et croire en Dieu. Ce n’est pas tout qui s’explique. Je vous demande de garder la foi, pour que nous puissions prier pour ces jeunes qui sont partis ci-malheureusement», a-t-il dit.

Le ministre d’État a profité pour inviter les tenanciers de maquis et de restaurants, à plus de responsabilité, dans l’exercice de leurs activités.

« Avec cet alcool frelaté, on a endeuillé sauvagement et brutalement, tant de familles. Des enfants, des femmes qui sont malheureux. C’est là qu’on pèse le poids de la lourde responsabilité, quand on est tenancier de restaurants de maquis, de bars. Quand on a un établissement qui accueille du public, on doit faire attention à ce qu’on prépare. Faire attention à ce qu’on offre à manger et à boire. Je souhaite que cela ne se reproduise plus, ni à Abata ni ailleurs en Côte d’Ivoire . (..). La vie est précieuse. On n’a pas le droit de gâcher la vie. Pas le droit de faire souffrir des familles. Nous sommes à vos côtés. Nous allons vous aider et atténuer votre souffrance»,

La cérémonie s’est voulue sobre. Elle s’est déroulée dans une ambiance de recueillement, et dans la pure tradition funéraire Atchan.

Doumbia Issouf, le maire de Bingerville et fils de Abata, a exprimé la soulagement des populations, face au geste du ministre d’Etat. Il lui a demandé de transmettre au Président de la République et au gouvernement, la reconnaissance des parents de victimes, car selon la République ne fait que défiler à Abata, depuis que le drame est survenu.

J-H K

Commentaires - L'Intelligent d'Abidjan

PARTAGER