Addis Abeba:les renseignements des pays européens ne veulent pas la stabilité en Afrique(Toedoro Obiang)

1438
inauguration du siège du CISSA à Addis-Abeba

Dernère publication

Le comité des services de renseignement et de sécurité en Afrique (CISSA) a inauguré le dimanche 9 février 2020 le siège de son secrétariat à Addis-Abeba en présence des présidents, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, Cyril Ramaphosa, Moussa Faki, Muhammadu Buhari et des représentants de la Namibie et de l’Ethiopie.

« La paix a besoin des services d’intelligence africaine. C’est pourquoi, lorsque j’ai appris, lors de la 12econférence du CISSA, que le comité des services de renseignement et de sécurité en Afrique (CISSA) avait obtenu un terrain à Addis-Abeba, mais qu’il avait des difficultés pour y construire, j’ai tout de suite pris l’engagement d’y apporter ma modeste contribution. Aujourd’hui je suis heureux de présenter ce bâtiment en tant que fils d’Afrique, car pour moi les problèmes de l’Afrique doivent être résolus par les africains eux-mêmes (…) L’Afrique souffre des ingérences étrangères. Et nos services de renseignements devraient travailler contre ces services occidentaux qui menacent la paix et la sécurité des États africains. Je fonde ma conviction sur ce qui m’est arrivé récemment. Il a fallu l’Angola et le Zimbabwé pour arrêter des mercenaires occidentaux qui projetaient un coup chez nous. Comprenez-le, les services des pays européens ne veulent pas la stabilité africaine. Votre rôle sera donc de les combattre et de les neutraliser » a dit le président Obiang Mbasogo, donateur principal du bâtiment inauguré, dont la pose de la première pierre a eu lieu le 31 janvier 2017.

Collage sans titre

C’est en 2004 à Abuja que l’idée de partager les expériences entre les différents services nationaux africains de renseignement avait germé. Un an plus tard, les Chefs d’État et de gouvernement de l’union africaine approuvent sa mise sur pied à travers la décision 62 en 2005. À ce jour, 52 pays y ont adhéré dont la Côte d’Ivoire.

Outre le partage d’information et d’expérience entre les États partie, le CISSA entend contribuer à faire taire les armes et à garantir une paix durable en Afrique, selon le vœu de Moussa Faki, président de la commission de l’UA.

Philippe Kouhon, envoyé spécial à Addis-Abeba

Commentaire

PARTAGER