Al Moustapha Touré, Président du collectif des opérateurs économiques de Côte d’Ivoire: “Nous allons combattre les grandes entreprises qui piétinent les plus faibles”

2567

Dernère publication

Le collectif des opérateurs économiques de Côte d’Ivoire a tenu, le jeudi 30 mai 2019, une conférence de presse dans un hôtel à Abidjan-Plateau.

Lors de cette conférence, le président nouvellement élu du collectif a expliqué les grands chantiers qui seront battus tout au long de son mandat. Selon Al Moustapha Touré, le collectif des opérateurs économiques de Côte d’Ivoire (COECI) se veut être un pont de jonction entre les opérateurs économiques et le consommateur. Il a dit vouloir lutter contre les injustices dont seraient victimes certaines entreprises de la place. « En général, les plus faibles parmi le peuple ivoirien souffrent. Nous avons constaté que dans d’autres pays de la sous-région, les entreprises de transport qui transportent les conteneurs octroient un mois ou 45 jours aux transitaires pour dédouaner les marchandises. Mais ici, c’est 10 jours. Au-delà, les différentes compagnies vous taxent. Nous allons créer une machine publique de défense des opérateurs économiques. Il faut limiter les abus des plus forts sur les plus faibles. Les entreprises les plus faibles souffrent en Côte d’Ivoire. Nous allons combattre les grandes entreprises qui piétinent les plus faibles », a-t-il souligné. Se prononçant sur la question du riz avarié et la grève à l’abattoir de Port-Bouët, Al Moustapha a dit : « les autorités nous ont dit qu’elles allaient détruire ce riz. Nous n’avons pas eu de preuves. Nous allons rencontrer le ministre du Commerce pour savoir ce qui a réellement été fait de ce riz. En ce qui concerne la grève des chevillards, nous allons approcher les parties concernées et agir en fonction de ce qui va ressortir de nos échanges ».
TAB avec CSF

Commentaire

PARTAGER