Au terme du Congrès constitutif de son parti, Mé N’Guessan, président de CINES : “Les grandes formations politiques ne peuvent pas nous emmener la paix”

1384
Mé N’Guessan, président de CINES

Dernère publication

Le samedi 20 novembre 2021, s’est tenu à la Bibliothèque nationale à Abidjan Plateau, le Congrès constitutif du parti politique dénommé Côte d’Ivoire nouvelle espérance (CINES). Dans son intervention, Mé N’Guessan, le président du parti, a dit avoir créé cette formation politique pour préparer sa candidature à l’élection présidentielle de 2025.

« En 2020, j’étais candidat à la candidature à l’élection de la présidence de la République. Malheureusement, je n’ai pas été retenu. Aujourd’hui, avec mes camarades, nous créons un parti politique pour mieux nous équiper et nous préparer pour les échéances de 2025. Parce qu’en 2025, par la grâce de Dieu, nous serons encore candidat », a déclaré le candidat indépendant dont les dossiers de candidature à l’élection présidentielle de 2020 avaient été rejetés par la Commission électorale indépendante (CEI) pour non paiement de la caution de candidature de 50 millions FCFA et absence de parrainage.
« Nous avons un projet de société et un programme de gouvernement. Quand nous regardons la scène politique en ce moment, il est clair que nous avons besoin de valeurs nouvelles. La Côte d’Ivoire a besoin de personnes qui incarnent les aspirations profondes du peuple. Nous allons travailler afin d’être prêts en 2025 pour que le message que nous allons passer, mobilise le peuple de Côte d’Ivoire autour de notre programme », a-t-il assuré.
Outre l’élection présidentielle de 2020, Mé N’Guessan était également candidat indépendant malheureux aux législatives 2021, à Sakassou.

« Nous mettons le travail par vocation au cœur de nos projets. Une justice équitable et qui rassure le pauvre », a-t-il lancé, parlant de sa vision pour la Côte d’Ivoire.
Il a aussi dit l’attachement de sa formation politique à la paix sociale en Côte d’Ivoire. Une denrée que les grandes formations politiques, selui, ne pourront pas apporter au pays.
« C’est vrai qu’il y a de grandes formations politiques qui existe. Mais, malgré leur existence, la Côte d’Ivoire a encore du mal à se stabiliser. Nous avons encore de mal à trouver l’harmonie, la stabilité et la paix. Il faut reconnaître qu’il sera difficile que ces grandes formations là envoient la paix dans notre pays. Parce que ce sont des partis qui ne sont d’accord que sur leurs désaccords. On peut même penser que ces partis ont contribué à cette fissure sociale dans laquelle nous sommes aujourd’hui. On a donc besoin d’un sang nouveau pour rallier le peuple. Nous respectons ces partis. Mais nous devons frayer notre chemin. Si nous continuons de suivre ces partis, si nous les intégrons, c’est comme si la Côte d’Ivoire n’avait pas d’espérance. Nous sommes la Côte d’Ivoire nouvelle expérience. Nous allons frayer notre chemin. Si les Ivoiriens sont convaincus de ce que nous sommes en train de dire, et que notre personne reflète ce que nous disons, il n’y a pas de raison que des personnes ne soient pas mobilisées pour nous accompagner dans cette aventure », a-t-il fait savoir.
Une cinquantaine de personnes ont pris part au Congrès constitutif de CINES. Mais, Mé N’Guessan promet d’envoyer des délégations à travers le pays dès les mois à venir, afin de débuter l’implantation des coordinations.

J-H Koffo

Commentaire

PARTAGER