Bandaman Maurice depuis Yamoussoukro : “Nous, les ministres, sommes notés comme les élèves, tous les trimestres…”

1271

Dernère publication

Bandaman Kouakou Maurice, ministre de la Culture et de la Francophonie était le samedi 1er octobre 2016, à Yamoussoukro pour voir l’avancement des travaux de construction du futur lycée professionnel de l’enseignement des arts.

A cette occasion, il a fait la déclaration suivante : « Aujourd’hui, nous, les ministres, sommes notés comme les élèves, tous les trimestres, le président de la République fait le point. C’est pourquoi, il est bon que nous-mêmes, nous venions nous rendre compte de ce qui est fait sur le terrain parce que derrière nous, le Premier ministre envoie des enquêteurs pour voir ce qui se fait sur le terrain ». Et de poursuivre : «nous sommes dans un pays de travail, une République de transparence et de rigueur pour nous rendre compte du travail qui est fait. » Puis d’apprécier le travail fait : « Nous sommes venus et nous avons vu qu’effectivement le travail est fait à 100% pour sécuriser les 8 hectares du site, nous en sommes satisfaits ». Selon le ministre, il s’agit de construire un lycée professionnel d’enseignent artistique (LPEA) pour mieux former les artistes pour que ceux-ci puissent faire de l’art un métier à part entière. « L’art est un métier, il faut apprendre ce métier. Il faut l’apprendre pour bien l’exécuter. L’art nourrit son homme et les pays qui y investissent. L’art, la culture, en plus de créer la cohésion, crée la paix, l’entente, la richesse, l’emploi et la croissance. Il est démontré que les pays où 50% des populations ont accès à l’offre culturelle sont stables parce qu’un enfant qui joue dans un orchestre, chante, danse, un enfant qui fait du théâtre, du cinéma, il n’ira pas prendre des armes pour faire la guerre. Il n’ira pas prendre la drogue parce que le théâtre, la musique sont en eux-mêmes des drogues qui occupent totalement et entièrement. Développer l’art fait reculer les frontières de l’extrémisme, de l’intolérance. C’est donc instaurer la paix de façon durable. L’Afrique du Sud qui a connu des crises a utilisé l’art pour pouvoir réconcilier les populations. Nous venons construire ce lycée professionnel d’enseignement artistique où nous allons former tous les corps de métier des arts (…) Une dizaine de corps de métier des arts seront formés dans ce lycée. Au sortir d’ici, nous aurons des professionnels des arts capables de se prendre en charge et capables de créer des emplois» a-t-il déclaré. En outre, il a remercié le Préfet et l’ensemble des autorités administratives et politiques, pour l’acquisition de ce terrain. « Ce n’était pas évident d’avoir 8 hectares en pleine ville dans un endroit aussi beau ». Aussi, a-t-il remercié la chefferie traditionnelle de Morofê qui a offert le site. Par ailleurs, il a annoncé la création d’autres lycées professionnels dans d’autres régions. « C’est l’ambition du Chef de l’Etat. Nous avons à construire sur l’ensemble du territoire 12 Centre culturels intégrés. Ces centres qui s’étendent sur des sites de 2 à 3 hectares comprennent des musées, des salles de spectacles, des bibliothèques, des médiathèques, des salles d’exposition. En fait, ce sont des palais de la culture en miniature comme le palais de la culture d’Abidjan en deux fois moins grands. Pour chacun, la construction ne coûtera pas moins de quatre milliards de F CFA. Le chef de l’Etat qui a la volonté de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent, a conscience qu’il faut aussi construire des infrastructures culturelles parce que ces offres culturelles contribuent à la formation du citoyen et à sa socialisation ».
Diallo Harry à Yamoussoukro

Commentaire

PARTAGER