Bédié a-t-il agi avec préméditation pour échapper à la justice au détriment de Guikahué et Affi ? (Côte d’Ivoire,CNT,Gbagbo,Soro,Ouattara,Ghana)

14540
archives

Dernère publication

Qui a dit : « quand on t’envoie , il faut savoir t’envoyer » ? Au delà des explications données le vendredi 6 novembre 2020 par le Procureur de la République sur la non interpellation du Président Bédié ( l’âge , la santé , l’opportunité des poursuites ), peut-on dire que le Président du Pdci Rda, avait lui-même pris ses propres dispositions pour éviter d’avoir à répondre à titre personnel, des agissements de l’opposition en faisant désigner Pascal Affi N’Guessan, comme le porte-parole, comme le leader visible, mais en même temps comme le principal responsable et instigateur pénal des événements en cours ?

Selon des sources dignes de foi, en réalité depuis son retour du Ghana, le Président Henri Konan Bédié était prêt à cesser les hostilités, car il avait pris conscience de l’ampleur de la position de la communauté internationale en parlant avec le chef de l’État ghanéen, et avec le roi. Il n’avait pas réussi à emporter l’adhésion de ses interlocuteurs qui lui ont dit que la question du refus de la candidature d’Alassane Ouattara n’était pas une raison suffisante pour conduire le pays à des affrontements meurtriers. Ses interlocuteurs avaient plaidé pour qu’il mette de l’eau dans son vin, mais il avait averti que même s’il était écouté et respecté, il n’était plus le seul décideur car il ne s’agissait plus d’une action du Pdci seul, mais d’une coalition.

À ce titre, il fallait prendre les avis de tous, et de la majorité.

Cependant il n’était pas question à ce stade pour les autres alliés de reculer. Ils étaient dans une dynamique d’aller jusqu’au bout, et surtout de refuser de céder à l’idée de tenue d’une élection le 31 octobre 2020. Pour les tenants de la ligne dure, même avec un seul jour de report , la bataille était gagnée, mais il n’était pas du tout question de céder sur la date du 31 octobre 2020.

Pour éviter d’avoir à se faire accuser d’avoir abdiqué sans gloire ni honneur, d’avoir trahi la lutte le Président Bédié s’est contenté de prendre personnellement du recul , tout en continuant d’apporter sa caution morale au processus de résistance dans le cadre de la désobéissance civile et du boycott actif, même si au fond le cœur y était de moins en moins.

Il savait depuis le retour du Ghana où il avait laissé entendre qu’une réforme de la CEI était suffisante pour calmer les choses ( au passage ce voyage avait permis de déceler que contrairement aux apparences , quelque chose ne marchait pas bien entre Bédié et Guikahué ), que l’affaire ne pourrait pas prospérer. Le Président Bédié savait aussi que même si par extraordinaire cela marchait avec la chute du régime Rhdp en dehors des élections, il faudrait encore faire face à des risques de déstabilisation et d’affrontements inter ivoiriens sans oublier la pression de la communauté internationale contre les changements non constitutionnels du pouvoir.

C’est ainsi que depuis cette date du retour du Ghana, Henri Konan Bédié n’avait plus jamais fait de déclaration à titre personnel. Le seul gage qu’il avait donné avait été de se présenter aux côtés du candidat Affi N’Guessan pour la première déclaration post Accra.

Lorsque la presse internationale est arrivée en Côte d’Ivoire pour couvrir l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, Henri Konan Bédié a décliné toutes les demandes d’interview.

Le Sphinx n’avait pas jugé utile de se répandre dans la presse, tandis que Affi N’Guessan était aux anges dans son nouveau rôle de porte-parole, traitant sans réserve le président de la République de Hitler, malgré les réticences des journalistes qui l’interrogeaient sur RFI France 24.

En dehors des déclarations communes, Henri Konan Bédié n’a donc posé lui-même aucun acte (ni déclaration) de sédition, ni de rébellion.
D’ailleurs dans une de ses interviews durant la campagne,le Président Alassane Ouattara avait évoqué la question,indiquant que le Sphinx se contentait de donner l’argent,de financer la déstabilisation,sans payer de sa propre personne,en se mettant lui-même à l’abri,chez lui.Alassane Ouattara regrettait alors que des jeunes se laissent manipuler et se mettent ainsi dans le collimateur de la justice ivoirienne.

Même l’annonce de la création du CNT ( en dépit des réserves du président Laurent Gbagbo clairement exprimées par Assoa Adou, Koné Aboubakar et Georges Armand Ouegnin au cour de deux réunions ) n’a pas fait l’objet d’une proclamation de la part du Président Bédié , mais plutôt de la part du porte-parole de la coalition de l’opposition, Pascal Affi N’Guessan.

Par la suite, il n’y a eu aucune déclaration d’acceptation, ce qui aurait permis au Président Bédié de dire aux ambassadeurs qu’il n’a pas à dissoudre ce qu’il n’a pas créé.

Selon des sources judiciaires, ce faisant le Président Bédié a certes engagé sa responsabilité politique, et apporté de façon constante et non indiscutable sa caution morale au processus de déstabilisation et à la tentative de sédition, et d’atteinte à l’autorité de l’État , néanmoins à la différence de Pascal Affi N’Guessan, de Maurice Kacou Guikahué, de Mabri ( porte-parole par intérim), de Guillaume Soro depuis l’extérieur, l’ex Président de la République n’a pas de façon personnelle et directe entrepris d’actions, ni fait de déclaration dans cette voie , dans les détails d’application et d’exécution des mots d’ordre du boycott actif et de la désobéissance, ni dans le projet de CNT, depuis son retour du Ghana, de sorte qu’il peut s’en prévaloir pour échapper à toute poursuite et interpellation, inculpation ou arrestation.

« Sa responsabilité morale et politique est établie. Elle est indubitable, mais sa responsabilité pénale directe et individuelle est à établir sur la base des témoignages et des minutes des réunions de l’opposition que l’on doit avoir . Il faut disposer des documents et des témoignages sur ses points de vue effectifs, sur ses positions au cours des réunions . De façon publique et sur la base des éléments disponibles, Guikahué, Affi, Soro et Mabri ( avec son bref intérim ) sont plus responsables que lui, et plus responsables que d’autres cadres comme Mamadou Koulibaly, qui peuvent soutenir le projet de déstabilisation, mais qui n’ont pas entrepris d’actions , ni lancé des appels au même niveau », croit savoir une source proche du dossier qui a néanmoins ajouté qu’au delà de toutes les explications et justifications possibles, cette manière de voir les voir peut être un signe d’apaisement du gouvernement à l’égard de Henri Konan Bédié, suite aux appels au dialogue lancés de part et d’autre, notamment par le Président Laurent Gbagbo.

« Sinon autant on peut prendre en compte le recul médiatique et l’absence de parole publique, ou d’appel public par le Président Bédié pour le disculper, autant son refus de se dissocier clairement , ou plutôt l’absence de déclarations contraires aux communications tendant à en faire le cerveau , le Président, le commanditaire du Conseil national transition et d’un gouvernement de transition, le choix de son domicile de façon constante pour les réunions et la mise en place du plan commun de la sédition , en sa présence , sont autant de faits qui peuvent suffire à établir son inculpation », a poursuivi notre source qui préfère retenir le souci d’apaisement et le refus de l’humiliation et du déshonneur de la part du gouvernement, à l’égard du doyen d’âge des acteurs politiques de Côte d’Ivoire , dont les uns et les autres attendent davantage de pondération et de retenue dont Laurent Gbagbo et les Gors font preuve depuis peu, alors qu’ils ont plus de griefs à l’égard du régime Rhdp et du Président Ouattara, que n’en ont les autres opposants qui ont été de 2011 à 2018, alliés ou partenaires indirects du Président Alassane Ouattara, pendant que l’ex Président de la République et les siens étaient en prison, en exil , et totalement à l’écart de la vie politique nationale.


Charles Kouassi

Pour acheter votre journal du jour en PDF – les archives et les numéros récents, cliquer  …..

https://www.lintelligentdabidjan.info/client/produit/n3749-4/

Commentaire

PARTAGER