Bourse des matières premières agricoles- Kobenan Adjoumani : “C’est le président Ouattara qui va parachever l’œuvre commencée…”

7040

Dernère publication

Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre de l’agriculture et du Développement rural a visité le mardi 28 juillet 2020 l’évolution des travaux de la bourse des matières premières agricoles logé dans les locaux de la Brvm au plateau.

En vue de mieux organiser le secteur agricole et améliorer sa compétitivité, sur le marché international au regard de ses performances dans le domaine agricole, le Gouvernement de Côte d’Ivoire a manifesté le souhait depuis 1990 de procéder à la création d’une Bourse des matières premières agricoles.
Celle-ci va permettre aux exploitants agricoles, aux négociants, aux transformateurs et aux exportateurs de bénéficier d’un mécanisme de formation des prix transparent, de contrats fiables et exécutoires et de système de paiement efficaces.
L’institution de cette bourse des matières premières agricoles va également faciliter la mise à marché et de mieux maitriser l’environnement des matières premières agricoles sur le marché mondial. Le but visé par l’État est de faire fonctionner la loi de l’offre et de la demande pour des produits de différentes qualités en vue d’une formation de prix différenciés et rémunérateurs pour les exploitants agricoles.

Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre de l’Agriculture et du Développement rural s’est réjoui de l’État d’avancement des travaux. “Mesdames et Messieurs, à la lumière de l’état d’avancement qui a été présenté ce matin, je note avec une grande satisfaction la bonne avancée des travaux, conformément aux attentes du Ministère, mais également de l’ensemble du Gouvernement. Le taux élevé d’exécution des différentes tâches renforce mon optimisme quant au démarrage très prochainement des opérations de la Bourse des Matières Premières Agricoles de Côte d’Ivoire avec la commercialisation des trois spéculations retenues au démarrage, à savoir, la noix de cajou, la noix de cola et le maïs”.
Pour Kobenan Kouassi Adjoumani, cette bourse “va doper la commercialisation des matières premières dans un cadre entièrement électronique assurant une grande transparence des prix et une juste rémunération des producteurs ivoiriens.
Il a félicité le chef de l’État Alassane Ouattara dont le leadership a favorisé l’accélération pour la mise en marche du projet. “L’ouverture de cette Bourse est une illustration palpable du fait que le Président Alassane Ouattara est vraiment le digne fils du Père Fondateur Félix Houphouet Boigny, car c’est lui qui va parachever l’œuvre qu’il a commencée, pour doter la Côte d’Ivoire d’un secteur agricole structuré, dynamique et efficace, qui s’ouvre aux innovations et qui rayonne dans le monde entier par ses produits. Quoi de plus illustratif que la Bourse pour symboliser l’instrument le plus moderne du financement du secteur agricole dans un pays”.

Dr Kossi Edo Amenounve, Directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM/) qui a en charge l’assistance technique du projet, a relevé que cette bourse agricole sera la première dans l’espace Uemoa. “La présente visite s’inscrit dans le cadre de préparation au lancement des activités de la future bourse des matières premières agricoles de Côte d’Ivoire. Deux années après le démarrage de nos travaux, d’importantes étapes ont été franchies et de solides acquis ont été enregistrés en vue de doter la Côte d’Ivoire de la première bourse des matière première agricoles dans l’espace Uemoa. En effet à ce jour, nous avons procédé à la définition de l’architecture du marché, à la conception de son cadre légal et réglementaire et institutionnel, à l’élaboration du business plan de toutes les entités du marché. Nous avons également travaillé à l’identification du système d’information qui se veut moderne et innovant pour la gestion des opérations de la bourse (…) Sur la base de ses acquis, nos travaux vont se poursuivre au cours des prochaines semaines sur les aspects si après:la finalisation du cadre juridique, la mise en place des acteurs clés du marché, notamment les courtiers en produits agricoles et les banques de règlement de produits agricoles etc ” .

Ernest F

Commentaire

PARTAGER