Can 2019: l’équipe ivoirienne n’a pas démérité ( Kamara, sélectionneur)

192

Dernère publication

Après l’élimination de la Côte d’Ivoire en quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (Can-Égypte 2019) , jeudi 11 juillet 2019 face aux Algériens , ”Kamso” (Kamara Ibrahim), sélectionneur des Éléphants pense déjà à préparer l’avenir. Entretien !

Vous avez promis de faire une grande résistance à cette équipe algérienne. Qu’est ce qui a changé dans cette équipe pour que vous lui posiez des difficultés.

Nous posons les solutions et les problèmes en fonction de l’adversaire. J’ai dit qu’on se devait de hausser notre niveau de jeu si on voulait espérer quelque chose. C’est ce qui a été fait. Malheureusement ça n’a pas suffi. Nous perdons aux tirs au but.

Ce match des Éléphants est le meilleur match . C’est le match le plus complet mais c’est aussi le match que vous perdez. Avez-vous des regrets ?

Des regrets ? non. Les deux équipes voulaient gagner. Nous avons à cœur de vouloir gagner, tout comme eux. Nous avons essayé de nous mettre au diapason de l’équipe algérienne. Nous avons travaillé pour. Au final l’Algérie est sorti vainqueur aux tirs au but. Nous n’avons pas eu les arguments nécessaires pour battre cette équipe et passer ce cap. Nous allons travailler pour la prochaine fois.

Que peut-on retenir de cette campagne égyptienne sanctionnée par 5 matchs ?

Je retiens le fait que les garçons ont beaucoup appris. Nous allons nous appuyer là-dessus pour continuer le travail de construction et compétivité que nous recherchons à travers la compétition. Le match face à l’Algérie a été un bon match pour nous. Nous allons nous appuyer sur tous ce que nous avons appris ici pour repartir de plus belle.

Au regard de ce match, peut-on dire que vous êtes en train d’atteindre vos objectifs : construire une équipe compétitive ?

Pour construire une équipe, c’est comme dans la vie, il faut du temps. La Can 2019 était un temps de passage. Tout ce qu’on fait ici va nous aider pour la suite. Nous allons tirer les leçons. On nous le disait : ”vous n’avez pas un visage séduisant” .Petit à petit nous étions en train de corriger les choses . Mais je l’ai dit la dernière fois, nous sommes en compétition, il faut avoir cet état d’esprit de compétiteur. Nous allons nous appuyer sur cette expérience pour bâtir une équipe. Le Sénégal en 2017 s’était arrêté en quart de finale, aujourd’hui le Sénégal est en demi-finale. Les Sénégalais ont mis deux ans pour construire. Il n’y a pas eu le feu à la maison. Il faut laisser le temps aux jeunes de s’aguerrir. Nous avons une belle équipe, une belle génération, il n’y a pas de raison de s’inquiéter.


Vous avez changé le milieu de terrain avec Sangaré face à l’Algérie. Pouvez-vous expliquer les changements que vous faites au milieu avec Gbamin et Sangaré ?

Nous avons fait tourner le milieu de terrain pour répondre à la problématique algérienne. On savait que le milieu de terrain est très difficile pour nous. Sangaré est très agressif, Il pouvait aller au combat. Nous avons voulu densifier notre milieu de terrain. Sangaré a une qualité athlétique qu’il pouvait apporter à l’équipe. C’est la raison de sa titularisation.

La CAN est terminée. Kamara Ibrahim a t- il un plan de travail ?

Dans l’immédiat c’est le mois de septembre. Après, sur le plan développement c’est 2021. Nous avons beaucoup de compétition à préparer. On aura le temps de faire progresser cette équipe. Elle n’a pas démérité sauf que pour les matchs à élimination directe, il faut gagner, même si c’est aux tirs au but.

Réalisé par Ange Kouadio à Suez

Commentaires - L'Intelligent d'Abidjan

PARTAGER