Conservation de la biodiversité – Ody Marc Duclos, vice-président de la Fondation Cœur vert: “Nous sommes proches du point de rupture si…”

505

Dernère publication

La Fondation Cœur vert, en partenariat avec le ministère de l’Environnement et du Développement durable, le ministère des Eaux et Forêts et le ministère de l‘Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a organisé le jeudi 30 septembre 2021, la Journée d’Education de la jeunesse pour la conservation de la Biodiversité (JEJBIO) à l’université de Cocody, à Abidjan.

Lors de cette Journée, le vice-président de la Fondation Cœur vert, Ody Marc Duclos a attiré l’attention sur le risque de rupture si rien n’est fait pour inverser le cycle de dégradation de la nature.Le fait que le couvert forestier ivoirien soit passé de 17 millions à 2 millions d’hectares a poussé la Fondation Cœur vert à mettre en place la JEJBIO. « Nous sommes proches du point de rupture, si rien n’est fait pour inverser le cycle de la dégradation de la nature », a affirmé le vice-président de la Fondation Cœur vert, Ody Marc Duclos. Il a montré le rôle de la jeunesse dans ce projet. Pour lui, il faut mettre la confiance aux jeunes et leur donner les moyens nécessaires pour qu’ils puissent arrêter la déforestation. Le conseiller technique, Allou Koffi, représentant du ministre des Eaux et Forêts a également soutenu, à travers des encouragements, la Fondation Cœur vert.
Le représentant du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le professeur Zié Ballo a dit : « Il n’est à démontrer que la déforestation a un impact très fort sur le réchauffement climatique (…) L’engagement citoyen est ce qu’il y a de plus noble et de mieux pour le développement durable de notre société pour préserver la biodiversité par le reboisement ». Il a relayé les remerciements du ministre Adama Diawara à la Fondation Cœur vert, créée par Marie Louise Correa.

Olivier Dion avec D. Koba (stagiaire)

Commentaire

PARTAGER