Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles : Abdoul Karim Sango, Ce que le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso a dit

899

Dernère publication

La septième session de la Conférence des Parties à la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005) a ouvert ses portes le mercredi 5 juin 2019, au Siège de l’UNESCO à Paris. À cette occasion, Abdoul Karim Sango, ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso a été élu président de la septième session de la Conférence des Parties à la Convention de 2005.
Prévus sur trois jours (mercredi 5 au vendredi 7 juin 2019), Abdoul Karim Sango aura la tâche de conduire les débats de cette réunion mondiale des 145 pays de l’Union européenne qui ont adopté l’agenda et approuvé la liste des observateurs.
« Le Burkina Faso a ratifié la Convention de 2005 dès 2006. Celle-ci fournit un cadre stratégique unique et une feuille de route pour soutenir l’émergence d’industries culturelles et créatives dynamiques et fortes. Cette Conférence des Parties représente une opportunité importante pour faire un état des lieux des progrès réalisés et informer l’élaboration de politiques culturelles innovantes », a déclaré Abdoul Karim Sango à la suite de son élection.
Selon lui, le débat général sur la mise en œuvre de la Convention de 2005 a permis aux pays du monde entier d’évoquer les défis et progrès rencontrés dans la réforme de leurs politiques culturelles et la place donnée à la créativité dans le développement durable.
Pour rappel, Abdoul Karim Sango a été professeur de droit public à l’École nationale d’administration et de la magistrature (ENAM), et il a été membre de la commission constitutionnelle chargée de rédiger le projet de Constitution de la Cinquième République du Burkina Faso en 2016.

TAB avec GK Sercom UNESCO

Commentaire

PARTAGER