Côte d’Ivoire, Dufec international : plaidoyers pour l’autonomisation des femmes

696

Dernère publication

L’Ong Dufec international a organisé une conférence le samedi 5 janvier 2019 au siège du groupe Totem Communication sis à Angré. La conférence a porté sur ‘’ la problématique de l’employabilité en Côte d’Ivoire et sur le leadership féminin’’.

Mme Djika Bamba présidente de l’Ong Dufec a indiqué avoir choisi ce thème compte tenu de l’importance qu’elle accorde à la femme et à la jeunesse. M Yao Felix coordonnateur de l’éducation financière au ministère de l’éducation nationale, a dit: « En redéfinissant ou en rêvant autrement, c’est pouvoir apporter une certaine force, une certaine intelligence pour que nous ayons une jeunesse émergente et cette jeunesse prendra conscience,de ses potentialités, ses capacités et de sa force. Tout le monde est donc conscient que le problème de l’emploi se pose et que beaucoup de jeunes diplômés sont sans emploi parce qu’il n’y a plus trop de société qu’on construit. C’est le lieu de dire à chacun à repenser leur système qui puisse donner l’envie et les capacités nécessaire à nos jeunes au sortir de l’école de mieux s’intégrer dans la société».
Lolo Dybi opérateur économique et spécialiste en économie rurale a axé son intervention sur le Leadership féminin. Il a fait savoir : « Les gens ont tendance à négliger le rôle des femmes. Ces femmes qui souffrent généralement de beaucoup d’inégalités, et la vie de la femme en Côte d’Ivoire, se trouve dans les foyers. C’est pourquoi dès le primaire une jeune fille a moins de chance qu’un garçon de rejoindre les bancs de l’école. Nous devons donc changer de mentalité face à la place de la femme dans notre société. La femme joue un rôle prépondérant dans notre société. Quand elles sont dans un secteur d’activité ça évolue souvent par rapport aux hommes. Face à cette situation nous devons créer l’équilibre ou offrir une meilleure place à la femme, sans ignorer la femme dans l’éducation, la culture et bien d’autres choses ».

TAB avec MIK

Commentaires - L'Intelligent d'Abidjan

PARTAGER