Côte d’Ivoire: l’association des jeunes musulmans sensibilise sur l’immigration clandestine

930

Dernère publication

« Jeunesse ivoirienne face au drame de l’immigration clandestine : une responsabilité partagée », est le thème du 9ème Congrès ordinaire de l’Association des jeunes musulmans de Côte d’Ivoire (Ajmci) à Abidjan-Cocody, du 27 au 30 décembre 2018.

« Nous avons choisi ce thème pour sensibiliser nos camarades sur le danger que représente cette façon d’immigrer. C’est un phénomène qui nous touche tous. Mais nous avons l’impression que le combat est laissé à l’État. L’État est le seul à sensibiliser et à organiser le rapatriement des immigrés bloqués dans les pays du Nord. Beaucoup de nos jeunes frères musulmans sont partis à cette aventure. Beaucoup sont restés, soit dans le désert, soit dans la méditerranée. Nous sommes là pour conscientiser ceux qui sont là avec nous. Nous avons aussi tenu à leur démontrer, à travers l’exemple des personnalités que nous avons invitées, qu’on peut rester au pays et réussir sa vie. L’Eldorado, ce n’est pas en Europe. C’est ici, chez nous », a expliqué El Hadj Souaré Mahamadou, le président de l’Ajmci.

Koné Satigui, président de la Fédération des ONG de Côte d’Ivoire (Fodeci), Koné Kassoma Marc (président Sos Immigration) et Sanogo Moussa (représentant de la direction générale des ivoiriens de l’étranger), ont animé un atelier pour situer les responsabilités de chacun (Migrants et États d’origine) dans le fléau. « Les États ne créent pas les conditions pour occuper leurs jeunes, et les retenir. En plus, les programmes éducatifs ne sont pas adaptés aux besoins des quelques entreprises qui existent. Des lors, l’immigration est inévitable. (…) Cependant aux jeunes, nous disons ce n’est pas une raison d’aller mourir, ou se faire massacrer sur le chemin de l’immigration clandestine. Avec un peu de créativités, on peut rester au pays et réussir», a interpellé Koné Satigui.

Le Congrès a réuni 350 responsables jeunes venus des 24 coordinations régionales installées à travers le pays. Il était parrainé par Dembélé Lassina, ancien député-maire d’Adjamé.
J-H-K

Commentaires - L'Intelligent d'Abidjan

PARTAGER