Côte d’Ivoire, Métro d’Abidjan : ce qu’il faut savoir sur le coût

6716

Dernère publication

Le lancement des travaux du Projet de Métro d’Abidjan a eu lieu le jeudi 30 novembre 2017 en présence du chef de l’État français, Emmanuel Macron et de son homologue ivoirien, Alassane Ouattara.

Premier du genre en Afrique subsaharienne, le Métro d’Abidjan, bénéficie pour sa mise en œuvre d’un financement de la France, à hauteur de 918, 34 milliards de FCFA. Le chantier du Métro d’Abidjan, c’est 37 km de tracé, 20 stations, 21 ponts rail-route, un viaduc sur la lagune, 40 passerelles piétonnes et 2. 000 travailleurs ivoiriens mobilisés. Ces chiffres démontrent que le Métro d’Abidjan est unique en son genre.

Il s’agit d’une réalisation qui se fait en pleine ville dans la capitale, traversant 8 communes. Ce qui nécessite un ensemble de travaux d’embellissement tout au long des 37,4 kilomètres de trajet. Cela est différent d’une réalisation qui part juste d’une ville à une autre.

« Il faut aussi savoir qu’il n’y a pas de métro à Addis-Abeba en Éthiopie, à Abuja au Nigeria, à Pretoria en Afrique du sud encore moins à Dakar au Sénégal. Il y a que 3 pays en Afrique qui ont des projets de métro qui ont été réalisés ou sont en voie de réalisation : l’Algérie, l’Égypte et la Côte d’Ivoire. Alger Metro a coûté 100 milliards de dinars, ce qui équivaut à 481, 433 milliards sur une distance de 9, 5 km et reliant 10 stations. Celui du Caire est distant de 13, 5 km et relie 14 stations. Ce que certaines personnes par ignorance appellent métro d’Addis Abeba est au fait un TRL (transit léger sur rail), pareil pour celui d’Abuja au Nigeria, celui de Pretoria est un RAPT (Reliable Asynchronous Transfer Protocol) et non un métro, celui de Dakar au Sénégal est un TER (Train express régional) et non un métro. Le projet de construction d’une ligne de métro est le projet de transport ferroviaire moderne le plus coûteux devant tous les autres moyens de transport ferroviaire moderne au monde. Il n’y a aucun pays au monde qui a construit sa ligne de métro avec les mêmes spécificités techniques que nous, en dessous de 800 milliards de FCFA parce que le coût d’une rame-de métro varie entre 2, 3 à 4 milliards de FCFA. Il y a le coût de la vingtaine de stations, le coût du nombre de passagers à transporter par km sans parler du viaduc, des passerelles, des ponts rails route. D’aucuns parlent de l’utilisation des rails existants, mais comment cela peut-il être possible, puisque les trains qui relient Abidjan à Ouagadougou doivent aussi fonctionner ? », confie une source au ministère des Transports.

Selon cette source , le financement obtenu auprès de la France pourra être amorti en quelques années d’exploitation de la ligne 1 du Métro d’Abidjan : « Faisons un calcul simple. Si on estime par exemple que le ticket coûtera 500 FCFA, qu’on multiplie ce nombre par le nombre de passagers transportés par jour qui tournera autour de 530. 000 et qu’on multiplie l’ensemble par 12, on obtient 3. 180. 000. 000 FCFA par jour ».

[ Un Métro basé sur un système de type grande cadence-grande capacité ]

Selon les collaborateurs du ministre en charge des Transports, c’est bel et bien un métro qui sera mis en service en Côte d’Ivoire mi 2023. Ils ajoutent que c’est le projet le plus ambitieux d’Afrique subsaharienne, comparable au métro de Dubaï ou au projet de Doha, au Qatar qui est en cours de réalisation. « Grâce à une technologie de pilotage sophistiquée, les trains vont pouvoir se succéder à des fréquences très rapides : un intervalle minimal entre deux trains de 100 secondes, sachant que le record mondial avoisine 90 secondes. Le métro choisi est un modèle de dernière génération fourni par des entreprises de renommée internationale. Il est à conduite automatique avec conducteur. La technologie de contrôle et de pilotage est dite « CBTC », (Communication-Based Train Control), c’est-à-dire Gestion des trains basée sur la communication. Des équipements informatiques embarqués à bord de chaque métro communiquent en continu avec une salle informatique de contrôle. L’automatisme régule la vitesse de manière à conserver la distance minimale de sécurité, autorisant ainsi une grande régularité des trains et une sécurité maximale sur un trajet qui durera 50 mn, d’Anyama à Aérocité, à Port-Bouët », ont-ils assuré.

[ Ce que Attey Philippe a dit du Métro d’Abidjan ]

L’ex-Directeur général de la Sotra Philippe Attey dans un post publié sur sa page facebook le vendredi 1er décembre a qualifié le projet Metro d’Abidjan « d’arnaque »

«Disons non au métro de la misère pour lequel le président Alassane Ouattara s’apprête à lancer les travaux avec le président français ce samedi 2 décembre 2017. Petit résumé : il va coûter 918 milliards de F CFA pour 37 kilomètres de trajet, soit environ 25 milliards CFA par Kilomètre, ce qui fait de lui le métro le plus cher du monde. Le métro d’Abidjan se fera sur des rails existants l’ex RAN, c’est donc une grosse arnaque !!!! Pour information, le Sénégal vient de réaliser 51 kilomètres de métro reliant Dakar au nouvel aéroport Blaise Diagne, à 400 milliards de F CFA, soit environ 8 milliards par kilomètre. Précision : tout a été fait à neuf avec de nouveaux rails à poser et de nouvelles rames de métro. La Côte d’Ivoire, par la magie de ses dirigeants corrompus qui ne pensent qu’à leurs ventres et à leurs proches devenus de façon sporadique, de puissants hommes d’affaires par des détournements de deniers publics, VA PAYER À LA FRANCE, SON VRAI PROPRIÉTAIRE, 3 fois le montant initial du projet qui était de 300 milliards, et 3 fois plus que les métro du Sénégal et de l’Éthiopie. Pendant ce temps, les routes qui devraient permettre à notre économie de bien tourner sont dans un piteux état », avait-t-il écrit.

T.A.B et OD

Commentaire

PARTAGER