Décès de Larry Cheick : Ismaël Isaac et Fadal Dey font des révélations sur l’artiste

860

Dernère publication

L’artiste-chanteur Larry Cheick a rendu son dernier souffle le samedi 5 juillet 2019 au Centre hospitalier et universitaire (Chu) de Cocody suite au diabète qui le rongeait depuis des années. Quelques heures après le décès, les reggaemakers Ismaël Isaac et Fadal Dey font des révélations sur le défunt.

Ismaël Isaac pleure son grand frère « C’est un baobab qui est tombé avec beaucoup d’inspiration »

« Vraiment Larry est parti. Je suis découragé. Il était un grand frère beaucoup talentueux. il etait free-free. C’était un homme de la rue qui a fait Treichville comme moi. Il me respectait, et je le lui rendais aussi. Quand je lui disais Koro, tu es très talentueux, il me disait Ismo, toi aussi, tu es très talentueux. Larry était trop inspiré. Quand je fais mes albums, je lui dis d’écouter avant leur sortie, et Larry me disait sans avoir écouté, je sais que c’est bon. Il m’apreciait beaucoup pour mon travail. je suis affecté par sa mort. Je l’aimais aussi. Larry a beaucoup fait Abobo. C’était un mogô (homme) de la rue. Il aimait chanter avec l’argot (nouchi) ivoirien comme moi. On s’entendait très bien. Larry était beaucoup inspiré et je sais qu’il est parti avec beaucoup d’inspiration qu’il n’a pas pu développer. C’est un baobab qui est tombé avec beaucoup d’inspiration. Vraiment, j’ai mal ».

Fadal Dey:” La mort de Larry est une grande perte pour la culture”

« La mort de Larry Cheick est une grande perte pour la culture ivoirienne surtout pour nous, les reggaemen. Il était un artiste qui aimait son travail. C’était un grand frère. Je suis l’artiste qui est resté auprès de lui dans les derniers jours de sa vie. J’étais presque tous les jours à son chevet. Larry était d’abord hospitalisé dans une clinique de Marcory avant d’aller au Chu de Cocody où il a rendu l’âme aux urgences, le vendredi 5 juillet 2019 vers 13h30. Larry était dans le coma depuis quelques jours, et j’ai demandé au docteur, s’il pouvait s’en sortir et le docteur m’a dit oui. Mais je savais qu’il me mentait parce que Larry n’arrivait plus à me reconnaître et visiblement, il n’y avait plus d’espoir ».

M.Ouattara

Commentaires - L'Intelligent d'Abidjan

PARTAGER