Disant avoir été enlevée à Grand-Bassam par trois individus – Coulibaly Bintou raconte sa mésaventure ponctuée par des coups de feu à Cocody en pleine journée

2034
Coulibaly Bintou fait le récit de son enlèvement à Grand-Bassam

Dernère publication

Coulibaly Bintou fait le récit de son enlèvement à Grand-Bassam et dit comment elle a échappé à ses boureaux à Cocody. Elle raconte sa mésaventure ponctuée par des coups de feu, en pleine journée à Cocody.

Le mardi 15 février 2022, Coulibaly Bintou, 20 ans, a été victime d’enlèvement de la part de trois individus à bord d’un taxi communal à Grand-Bassam, selon son témoignage. Elle parviendra quelques heures plus tard à leur filer entre les doigts, dans la commune de Cocody. Comment cela s’est-il passé?

Coulibaly Bintou témoigne

« J’attendais un taxi pour me rendre au marché. C’est ainsi que s’est stationné devant moi un taxi qui avait à son bord, 4 personnes. Trois hommes et une fille. L’un des hommes est descendu et m’a intimé l’ordre de monter dans le véhicule. Devant mes hésitations, il m’a poussée à l’intérieur, et le taxi a démarré. Aussitôt, aidé d’un autre, ils m’ont fermé la bouche à l’aide d’un scotch, ils m’ont couvert la tête avec une sorte de tissu, et ils m’ont attachée les bras avec un autre tissu. Quand j’ai tenté de me débattre, ils m’ont tapé à la tête et au ventre avec un de leurs pistolets», a expliqué la jeune dame encore sous le choc.
Revenue à elle quelques heures plus tard, elle dit avoir entendu l’un des ravisseurs dire au téléphone à son contact. « Nous sommes arrivés ». Avant d’ajouter : « Nous sommes vers Cocody. On a eu deux filles ». C’est ainsi, dira-t-elle, qu’elle se rend compte que, de Grand-Bassam, elle est désormais à Cocody, aux mains de personnes inconnues. Surtout, enlevée en même temps qu’une autre fille. Chacune avait les mains liées
À Cocody, selon ses explications , le taxi s’est finalement stationné à côté d’une maison inachevée. « Les deux hommes qui encadraient l’autre fille et moi, sont descendus. Ils ont dit qu’ils partaient voir s’il y avait quelqu’un dans la maison. Le chauffeur aussi est descendu pour uriner ».

« Ils ont tiré dans les jambes de l’autre fille »

« C’est en ce moment que l’autre fille s’est déliée et m’a aidée à défaire mes cordes. Et elle m’a demandé de fuir. Au moment où nous courions, ils ont tiré dans la jambe de l’autre fille, qui est tombée. Heureusement, j’ai pu me cacher dans une maison inachevée voisine. Ils ont cherché dans la maison pour essayer de me retrouver, en vain. Alors, ils sont partis », a-t-elle expliqué.
C’est une fois les ravisseurs partis, que Coulibaly Bintou est sortie de sa cachette. « Je suis sortie de ma cachette. J’ai escaladé ce qui ressemble à une colline, et j’ai vu des gens qui circulaient. Là, j’ai vu un gérant de cabine téléphonique. Je lui ai dit, en pleurant, que je voulais appeler. Il m’a alors demandé ce qui se passe, et je lui ai expliqué. Il m’a dit que nous sommes à Saint Jean. C’est sur son téléphone que j’ai joint une de mes camarades pour l’informer de ce qui m’est arrivée. C’est par elle que j’ai informé la famille, qui est venue me chercher », s’est confiée la jeune fille.

“Le Commissariat de Police de Grand-Bassam saisi ”

Oumou Camara, tante et tutrice de la jeune fille a dit son soulagement. Conseillère municipale, elle dit avoir vécu une journée forte en émotions. « C’est elle qui fait le marché tous les jours pour la popote. Mais ce jour là, j’ai trouvé qu’elle avait vraiment duré . Parce que, jusqu’à 11h, elle n’était pas encore de retour. À 12h, on a envoyé quelqu’un la chercher, en vain. C’est à 13h que sa camarade vient nous informer de ce qu’elle a appelé et dit qu’elle été victime d’un enlèvement. Après l’annonce, c’était la panique », a reconnu la Conseillère municipale.
C’est un certain Bernabé, ami de la famille, qui est passé la chercher à Cocody Saint Jean, après avoir fait un saut à la Police criminelle à Abidjan Plateau, en compagnie du gérant de cabine, pour une déclaration.
Sur instruction de la police criminelle, une plainte a été déposée au Commissariat de Police de Grand-Bassam, où une déposition de la victime a été enregistrée le mercredi 16 février 2022 . L’affaire est désormais aux mains de la police.

J-H Koffo

Commentaire

PARTAGER