Forum à Bamako : Les femmes réclament une meilleure lisibilité de leur essor professionnel

588

Dernère publication

Le forum “genre et développement “autour du thème” L’entrepreneuriat féminin clé de l’émergence de l’Afrique ’’, du 13 au 15 décembre 2016 à Bamako au Mali, s’est soldé par des recommandations à soumettre au sommet Afrique-France de Janvier 2017.

Impliquer davantage les femmes dans la médiation et la gestion des conflits suivant l’esprit des résolutions des Nations unies, lever les barrières faites aux femmes pour avoir accès aux marchés publics, créer des fonds d’appui au développement des activités productrices et des femmes entrepreneures, pour répondre aux besoins de mise à l’échelle de leurs produits, promouvoir l’innovation dans le secteur privé, l’usage des technologies de l’information et de la communication comme catalyseur de l’autonomisation des femmes , de transformation économique et de soutenabilité…, voici quelques unes de ces recommandations.
Pour Abdoulah Coulibaly, président du comité d’organisation du sommet, l’émergence de l’Afrique est un leurre, si les politiques en faveur de l’autonomisation des femmes ne se montrent hardies que dans les textes, et restent timides dans les faits.
Selon lui, on ne peut pas passer de l’agriculture de subsistance à l’agriculture de transformation si les femmes demeurent confrontées aux difficultés d’accès à la terre, à l’équipement, aux intrants, aux crédit, à l’information et à l’éducation nécessaires pour réussir l’industrialisation. « C’est vous, les femmes qui êtes les bras valides de l’Afrique », a-t-il fait remarquer.
Adressant ses remerciements à toutes celles qui ont facilité l’organisation du forum , Abdoulah Coulibaly, s’est dit émerveillé du travail accompli : « Vous avez parcouru toutes les régions du Mali pour identifier les préoccupations les propositions et les espoirs des femmes , vous avez réussi le pari de la mobilisation ».
Le forum a réuni plus de 300 participants et a été ponctué d’ateliers animés par des experts.

Ossama Roxane,
à Bamako pour afrikipresse.fr

Commentaire

PARTAGER