Fpi pro Gbagbo – Lida Kouassi Moïse : “En politique, on ne dit ‘’jamais jamais’’. Mais il y a des limites à tout”

4293

Dernère publication

Dans un entretien accordé à une chaîne de télévision en ligne ( EventNews) , l’ex ministre de la Défense sous le régime Laurent Gbagbo, Lida Kouassi Moïse a commenté l’actualité politique nationale en Côte d’Ivoire.

Dans ses échanges avec les journalistes, Lida Kouassi Moïse a indiqué que le pouvoir actuel n’est pas désireux de créer les conditions d’un dialogue républicain pour que les forces politiques en présence s’entendent et arrivent à des élections apaisées et transparentes. Pour lui, il faut réunir l’ensemble de la classe politique autour des points consensuels de revendication, afin que le pouvoir ait en face de lui des interlocuteurs qui parlent tous de la même voix. C’est à cela que travaille le Front populaire ivoirien (Fpi), a-t-il dit, dans la mission qui lui a été assignée par Laurent Gbagbo. Selon l’actuel vice-président chargé des projets du Fpi pro-Gbagbo, si le pouvoir continue de s’arc-bouter sur ses acquis et ne veut pas faire de concession, le Fpi sera obligé de passer à une autre phase de la lutte, c’est-à-dire la revendication démocratique normale par les sit-in, les marches. Car , a-t-il indiqué , le Fpi n’a rien obtenu sans lutte, dans son histoire. Au lieu d’en arriver à cela, il a estimé que le gouvernement doit prendre le taureau par les cornes. Il a ajouté que le Fpi, ensemble avec la partie libérale du Pdci et les forces de la gauche vont aller rechercher les conditions transparentes des élections, notamment la Commission électorale indépendante, le découpage électoral et une liste électorale consensuelle. Cela, par les moyens démocratiques d’un autre échelon que le dialogue. À la question de savoir si une complicité politique est envisageable entre le camp Laurent Gbagbo, le camp Affi et le Pdci, Lida Kouassi Moïse a répondu : « Tout va dépendre des discussions que nous aurons, des intérêts que les uns et les autres vont exprimer et des compromis que nous allons obtenir des autres. En politique, on ne dit ‘’jamais jamais’’. Mais il y a des limites à tout. » Selon lui, vu la situation difficile que connaît le pays actuellement, caractérisée par des maux tels que l’inflation très élevée, le chômage des jeunes, les Ivoiriens ont intérêt à se réveiller car c’est à eux de résoudre par eux-mêmes leurs problèmes.

 

TAB avec IBK

 

Commentaire

PARTAGER