Front populaire ivoirien Affi N’Guessan explique pourquoi il a exigé le poste de 1er vice-président du parti à Gbagbo

5621

Dernère publication

Pascal Affi N’Guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI), reconnaît avoir exigé de l’ex-président Ivoirien Laurent Gbagbo, fondateur du parti, sa nomination au poste de 1er vice-président, avant de lui céder le fauteuil de Président du parti.

« Oui, je lui ai proposé ça ! », a-reconnu le samedi 14 août 2021, lors d’une conférence de presse au siège de son parti, à Cocody 2-Plateaux Les Vallons, à Abidjan, Pascal Affi N’guessan suite aux questions des journalistes sur le sujet. Pour lui, il s’agissait d’un geste visant à réconcilier définitivement les deux factions du parti. Un geste d’apaisement que, dira-t-il, Laurent Gbagbo a pris comme un crime de lèse-majesté.(…)
” Ce n’est pas courant que quelqu’un qui est président, cède son fauteuil à quelqu’un d’autre, pour se contenter de la vice présidence. Est-ce qu’on voit ça souvent ? Les gens qui sont présidents, ils s’accrochent à leur présidence, et ils se débattent pas ça », a fait remarquer le Président du Fpi.
C’est Laurent Gbagbo qui, lors d’un Comité politique le 9 août 2021 au Palais de la culture à Abidjan Treichville, avait révélé cette affaire qui s’est déroulée en janvier 2020, lors de la rencontre entre les deux hommes à Bruxelles en Belgique.

« Le président Laurent Gbagbo lui-même s’est accroché »

Pascal Affi N’Guessan s’est étonné de ce que Laurent Gbagbo se sente choqué du fait qu’il ne veuille pas lui laisser la présidence du FPI. Il a rappelé à son ancien mentor, son propre refus en 2010 de lâcher le pouvoir d’État.
«Le président Laurent Gbagbo lui-même s’est accroché . Quand les uns et les autres disaient qu’il avait perdu le pouvoir, et qu’on faisait même la guerre, et que les gens mouraient, est-ce qu’il a dit que, “ au nom de la vie humaine, je cède le poste de président à Alassane Ouattara ” ? Est-ce qu’il a dit ça ? Il s’est accroché ! Il a accepté que les gens meurent autour de lui, que tous ses partisans fuient le pays, que toutes leurs maisons soient détruites, et que ceux qui n’ont pas fuit, on les arrête et qu’on les envoie en prison. N’est-ce pas ce qu’il a fait ? Alors, pourquoi il peut considérer que c’est une insulte que je lui dise de prendre le poste de président, et que je vais me contenter de celui de vice-président ? Pourquoi il n’a pas dit la même chose à Alassane Ouattara ? », s’est-il interrogé.
Précisons que Pascal Affi N’Guessan a animé cette conférence de presse, à la suite d’une réunion de comité qui a pris acte de la décision de Laurent Gbagbo, selon eux, de quitter le FPI pour créer un nouveau parti. Ils ont décidé de poursuivre la marche au sein du FPI, sous le signe de “ Renaissance ”.

J-H Koffo

Commentaire

PARTAGER