I2T : Transformer l’agriculture ivoirienne

1479

Dernère publication

Créée en 1979, la Société Ivoirienne de Technologie Tropicale (I2T) met au point des machines et outils servant à la transformation des produits agricoles locaux. Son expertise est avérée en matière de fabrication de machines destinées à la transformation du manioc, de la noix de coco, de l’anacarde et des fruits et légumes.

Elle a mis sur le marché des décortiqueuses, des broyeuses et autres outils de transformation utilisés tant en Côte d’Ivoire que dans la sous-région. Contribuant ainsi à une meilleure valorisation des produits locaux ainsi qu’à la réduction de la pénibilité des populations. « Aujourd’hui, nous avons contribué à la réduction de la pénibilité du travail de l’attiéké (semoule de manioc). Les femmes ont de plus en plus recours à nos machines. Cela leur permet d’augmenter leur production et leurs revenus, tout en préservant leur santé », assure Daouda Dosso, directeur commercial et marketing à I2T. Pour diversifier ses offres, la société propose une gamme fiable de machines adaptées à la taille des petites unités de transformation, notamment en ce qui concerne l’anacarde.

Encadré : Un outil au service de l’industrialisation

Plusieurs projets d’envergure sont dans les tiroirs d’I2T. L’entreprise veut se doter d’un centre de conditionnement et d’emballage, afin de réduire les pertes post-récoltes et compenser la cessation de la production de sachets plastiques. Elle a également un projet d’accompagnement de la transformation du riz local, afin de susciter l’engouement autour de la consommation de la production locale de plus en plus prisée par les ménages. I2T est en attente de la vulgarisation du projet de valorisation des farines locales dans la fabrication du pain, dont la phase pilote a été concluante. Ces ambitions, indiquent les responsables d’I2T, nécessitent la redynamisation de la société afin que ses missions coïncident avec les objectifs de transformation structurelle de l’économie ivoirienne inscrits aux priorités du Plan National du Développement (PND) 2016-2020.

Source : CICG

Commentaire

PARTAGER