Interview – Ahossan Jean-Yves Tanoh, écrivain : “Voici pourquoi j’ai écrit

2850
Ahossan Jean-Yves Tanoh, écrivain

Dernère publication

Ahossan Jean-Yves Tanoh est auteur du recueil ”Je détestais le monde’’. Dans cette interview, il jette son regard sur le monde et explique le titre de son œuvre.


Pourquoi avez-vous écrit le recueil de poèmes ‘’ Je détestais le monde’’ ?

Il faut dire que la réelle motivation est la concrétisation d’un rêve d’enfant car étant enfant, je rêvais d’écrire des recueils de poèmes, des romans donc, en gros, je voulais être un écrivain. Et puis la deuxième raison, c’est un peu la pierre, la valeur ajoutée que je veux apporter au monde, donc je me suis posé maintes questions avant d’écrire, dans quel monde voulons-nous vivre ? Quel monde voulons-nous construire ? Est-ce un monde où le pauvre reste toujours pauvre ? Est-ce un monde où l’orphelin reste toujours orphelin ? Est-ce un monde où l’indifférence atteint son paroxysme ? Voilà un peu ces différentes questions qui m’ont poussé à écrire ‘’je détestais le monde”. En réalité ‘’Je détestais le monde’’ n’est que l’aspiration à un monde meilleur. Un monde au sein duquel où il n’y a plus de corruption, plus d’injustice. Voilà en gros la réelle motivation.

Pourquoi avez-vous accusé vos deux parents de vous avoir donné la vie dans un monde de misère, de difficultés ?

Peut-être que le ‘’je’’ dans la poésie renvoie directement à l’auteur mais en réalité, ce sont des situations que j’essaie de mettre en exergue. C’est vrai que le ‘’je’’ remplace le poète mais là, il est question d’une situation vécue dans mon environnement où des fois, nos jeunes, nos confrères, nos ami(es), tellement ils veulent accéder au pouvoir ou du moins avoir peut-être, ils voudraient que leur rêve se réalisent en une fraction de seconde. Quand ce n’est pas le cas, ils accusent très souvent leurs parents ou du moins, ils préfèrent évoluer sans leurs parents. Voilà, un peu la situation de ces enfants-là que j’essaie de mettre en exergue où on ne peut pas évoluer, on ne peut pas aller de l’avant reniant ses parents. Voilà le message véhiculé de ce poème-là.

Pourquoi parmi tant de styles littéraires avez-vous choisi la poésie pour vous exprimer ?

La poésie parce que déjà, les images nous parlent profondément. La poésie parce qu’il est question d’éducation littéraire et déjà depuis le bas âge, mon premier contact avec un livre était la poésie et j’ai beaucoup Aimé Césaire, Baudelaire, Bernard Blin Dadié. En réalité, c’est une manière pour moi de voyager, d’aller plus loin puisque la poésie, c’est plus que de la sensation, plus d’images, plus de voyages. On est loin de la narration où on écrit simplement avec les mots et là, on est profondément dans les émotions, dans les sensations. C’est une question de sentiment en fait.

Avez-vous réellement détesté le monde ?

Là, je ne saurai l’expliquer véritablement. Je pense bien qu’un œil extérieur pourrait mieux décrire cela. Mais, en réalité, je ne sais plus où peuvent nous emmener nos émotions, et je sais plus où moins qu’en décrivant nos émotions, on arrive qu’à même ou bien peut-être en mettant un point ou un mot sur une lettre, on a eu qu’à même à exprimer le mal qui nous ronge surtout au contact de la société qui nous a tellement vexé et blessé en réalité.

Pourquoi avez-vous rendu hommage à certains de vos parents et amis dans recueils de poèmes ‘’ Je détestais le monde’’ ?

La réelle raison, c’est que dans la vie, il faut être reconnaissant. C’est la seule raison. Mais, reconnaissant dans la mesure où pas pour rendre l’appareil ou pas pour rendre ce qu’on a reçu de la part de ses amis mais pour dire qu’à un certain moment de notre vie personnelle, on a traversé des moments difficiles et ses personnes-là ne nous ont pas abandonnés. Donc, ce recueil de poèmes est aussi un lieu de témoignage pour traduire aussi ma reconnaissance à ces personnes-là.

Que voulez-vous que les lecteurs retiennent de votre recueil de poèmes ?

Ce que les gens doivent retenir, tous nous aspirons à un monde parfait, de par nos gestes, de par nos actes et je voudrais revenir sur un fait, c’est que l’ouvrage a été rédigé pour venir en aide à des enfants-orphelins. Donc, j’ai décidé de reverser mes droits d’auteur à une ONG qui s’appelle Smile Heart, à ces enfants démunis. Donc, en réalité, ce qu’il faut retenir, tous, nous sommes appelés à construire ce monde parfait, ce monde de paix, même si parfois, je suis idéaliste mais par nous, certaines personnes peuvent retrouver le sourire. Voilà un peu, le message véhiculé dans ce recueil de poèmes.

Réalisée par M. Ouattara

Commentaire

PARTAGER