La reine des Baoulé échappe à «un coup d’État» (Côte d’Ivoire, Sakassou)

9837

Dernère publication

La journée du jeudi 28 mars 2019 a été tendue à Sakassou, pour la royauté, avec la tentative avortée de dépouiller la reine de ses pouvoirs.Récit exclusif d’un témoin!

——————————————-

 

«  Nous venons de rentrer de Sakassou, où la Reine a échappé à ce qu’on pourrait appeler un coup d’État de la part de son propre fils. Il a prétendu qu’il devait faire un rituel, pour devenir le porte-parole de la Reine, en soutenant avoir l’accord de la Reine, alors qu’il n’en était rien.
Si le rituel se faisait, il aurait désormais fait office de porteparole de la Reine, étant entendu que le Reine ne parle jamais en public, ni devant même les hommes. Elle ne communique que par son porte-parole,  et les membres de sa cour.
Le problème est que ce fils, a accompagné le Président Bédié, Président du Pdci Rda,  lors de son voyage au Ghana. Il est connu pour être un militant bédieste. Son action a été perçue comme une manœuvre politicienne visant à fragiliser le chef de canton de Bouaké, numéro deux du royaume pourtant présenté comme un imposteur , et faux chef de canton, par une certaine opinion hostile aux actions de rassemblement du royaume.
Il a fallu la vigilance des fils et autres autorités locales, pour empêcher que prospère cette manœuvre totalement contraire aux us et coutumes, malgré la présence d’une délégation  venue du Ghana pour tenter de donner une caution au complot.
En fait , il s’agit d’un un coup d’État, alors que la Reine n’a commis aucun acte répréhensible , et qu’elle n’a pas pris la parole, pour soutenir un camp.
Au contraire, elle a toujours œuvré pour l’unité et le rapprochement des fils et filles du payant , en allant par exemple écouter aussi bien les Présidents Ouattara que Bédié. Peut-on lui reprocher cela, au pont de vouloir faire des rituels pour s’imposer et s’auto proclamer porte-parole? Ce n’est pas clair ni normal ! ».
L’IA a tenté en vain de joindre d’autres protagonistes pour avoir leur version sur la question, qui intervient, moins d’une semaine après le meeting du mouvement « Sur les traces d’ Houphouët-Boigny », du ministre Kobena Adjoumani. Un meeting tenu sous la supervision de Habonouan Jean Louis, coordinateur régional du mouvement. Nous y reviendrons.
Charles K 

Commentaire

PARTAGER