Lu pour vous Abou Dabi : connaît la plus grande escroquerie de son histoire

1688
Skyscrapers of Abu-Dhabi.

Dernère publication

C’est la plus grande arnaque financière impliquant des particuliers qu’ait jusqu’ici connue l’émirat d’Abou Dabi. Une escroquerie sur fond de placements automobiles et qui présente les caractéristiques d’une pyramide de Ponzi ( l’argent collecté auprès d’investisseurs sert à rémunérer d’autres clients et donne l’illusion d’avoir investi dans un placement rentable ).

70% à 100% de rendement promis

A l’issue de six mois d’enquête, une quarantaine de personnes ont été arrêtées et autour de 3.700 victimes se sont fait connaître auprès des autorités pour une escroquerie d’un montant 1,3 milliards de dirhams (355 millions de dollars), un record pour l’émirat. Les escrocs promettaient aux investisseurs de doubler leur mise, avant d’abaisser leur objectif de rendement à 70%.

La recette de ce placement miracle? Ce sont des actifs réels et non pas financiers, en l’occurrence des voitures, parfois de luxe , qui ont été à la base de cette escroquerie financière. Avec l’argent collecté auprès des investisseurs, les organisateurs de la supercherie promettaient qu’ils pourraient acheter et revendre avec profit des véhicules . 423 d’entre eux ont d’ailleurs été saisis ainsi que des dizaines de millions d’euros en liquidités, sur des comptes bancaires ou sous la forme des chèques, prêts à être encaissés.

Les victimes ont parfois reçu des intérêts mais qui « venaient de leur propre poche » selon les autorités, ou de celles d’autres investisseurs. Les clients étaient conduits dans 16 points d’exposition où ils pouvaient admirer les automobiles qui devaient en théorie les rendre riches une fois revendues.

Publicité sur les réseaux sociaux

La police a toutefois pointé du doigt l’attitude désinvolte de certains investisseurs qui n’ont réalisé aucune vérification même basique avant de confier une grande partie de leurs économies aux escrocs. Ces derniers ont abondamment eu recours aux réseaux sociaux pour vanter les mérites de leurs placements automobiles et attirer ainsi de nouvelles victimes. La situation morose des marchés financiers du Golfe a pu inciter certains particuliers à chercher fortune en dehors des sentiers balisés.

 

Les « Madoff » du Golfe

Ce type d’arnaque financière est bien plus courant sur la place financière de Dubaï qu’à Abou Dabi, réputée plus calme et conservatrice. En fin d’année dernière, une pyramide de Ponzi de 1,1 milliard de dirhams a été démantelée à Dubaï. Elle aurait fait près de 7.000 victimes, attirées par les rendements annuels promis, de 100% à 150% grâce à la spéculation sur les devises.

Ces clients ont de surcroît convaincu leurs proches et amis d’investir dans cette pyramide de Ponzi, qui a englouti leur patrimoine. Le royaume de Bahreïn, qui avait connu une recrudescence de ce type d’escroquerie en 2015, a dû sévir et interdire cette pratique, qui était, curieusement, jusqu’ici tolérée.

Source : lesechos.fr

Commentaire

PARTAGER