Michel Dussuyer (Sélectionneur Eléphants) avant d’affronter le Mali : “Nous devons nous faire respecter chez nous”

905

Dernère publication

Les Éléphants de Côte d’Ivoire peaufinent leurs stratégies au Centre technique national de Bingerville, avant d’affronter les Aigles du Mali, le samedi 8 octobre 2016 au stade de la Paix de Bouaké en éliminatoires du Mondial Russie-2018. Lors de la séance d’entraînement du mardi 4 octobre 2016 (ouverte à la presse) le sélectionneur national, Michel Dussuyer a confié que les Éléphants étaient prêts à ‘’faire le travail’’.

Sur quoi avez-vous axé la séance d’entraînement aujourd’hui (mardi 4 septembre 2016. ndlr) ?

Nous avons travaillé la défense. Nous avons bossé sur la récupération du ballon. Nous avons travaillé sous différentes formes avec différentes hauteurs de bloc équipe, de façon à travailler sur les différentes situations défensives. Ce mercredi 5 octobre 2016, nous avons l’accent sur l’animation offensive.

Comment gérez-vous le cas des joueurs qui ont disputé les 90 minutes des matches.

On a bossé avec ceux qui ont joué samedi. Pour ceux qui ont joué dimanche, comme Eric Bailly et Wilfried Bony, nous leur avons permis de récupérer. Nous essayons d’individualiser un peu la charge de travail, en fonction du temps de jeu qu’ils ont eu en club le week-end. Nous ne pouvons pas les mettre au même niveau. Pour ceux qui ont peu joueur en club, le travail est plus accentué. Il l’est moins pour ceux qui beaucoup joué. Nous tenons compte de tous ces aspects. Le groupe est au complet.

Ce match face au Mali est- il très important pour la qualification ?

Chaque match est très important. C’est un mini-championnat. Il y a 6 rencontres à disputer dans le groupe. Chaque match compte 3 points. Après, nous savons que le premier match est très important. Il donne le tempo pour la suite de la compétition. Il est important de bien débuter en prenant les trois points à domicile. Cela nous mettrait en confiance pour la suite. Commencer par une victoire nous positionnerait dans le groupe.

Ne redoutez-vous pas le Mali ?

Je respecte toutes les équipes. Nous avons des équipes de qualité dans notre groupe. Mais, nous ne craignons personne. Le Mali est une très belle équipe. Mais, nous aussi avons des arguments à faire valoir. C’est nous qui recevons cette équipe malienne. Et ce sera à Bouaké. Il faut qu’on se fasse respecter chez nous.

Alain Giresse, le sélectionneur malien dit avoir étudié cette équipe des Éléphants. Est-ce aussi le cas pour vous, au sujet de la sélection malienne ?

J’étudie toujours mes adversaires en détails. Après, je connais très bien cette équipe malienne pour l’avoir affrontée à plusieurs reprises. C’est vrai qu’il a eu un renfort de jeunes joueurs avec des techniques un petit peu différents. Ils sont un peu plus petits en gabarits. Cela donne une certaine richesse à l’équipe du Mali. Nous savons aussi qu’il y a quelques individualités qui peuvent faire la différence à tout moment. Nous sommes bien conscients de cela. Nous ne nous attendons pas à une balade de santé. On sait que c’est un derby sous régional. Et que le Mali a envie de créer la sensation en tombant les Éléphants de Côte d’Ivoire sur leur base. Ils viendront avec la ferme envie de nous bousculer sur notre terrain. Mais, nous avons aussi du répondant.

Le retour en sélection d’anciens tels que Sérey Dié, Bony Wilfried ne perturbe-t-il pas le dispositif que vous avez mis en place depuis quelques temps et qui commence à fonctionner ?

Je ne pense pas ! Sérey Dié et Wilfried Bony ont toujours été là. C’est juste un retour. Aujourd’hui, ils retrouvent le terrain, un peu de temps de jeu. C’est très bien pour le groupe. Je ne peux pas donner la composition de l’équipe maintenant. Il ne s’agit pas de prendre la place de qui que ce soit. Ces deux joueurs ne sont pas nouveaux dans la sélection. Pour ce qui est des places, Nous ferons le point à la veille du match. Vous savez, j’aime la concurrence dans les équipes. J’aime lorsque les postes sont doublés avec des joueurs de qualité. C’est toujours bon pour l’équipe. En tout cas, nous sommes heureux de les accueillir. Et nous travaillons pour une victoire samedi.

Quel est le moral de Serge Aurier, avec ses péripéties judiciaires qu’il vit en France ?

Vous le connaissez bien comme moi. C’est un garçon qui a du caractère. C’est vrai qu’il traverse des moments difficiles. Mais, il reste concentré sur l’objectif de samedi comme tout le reste du groupe. Il sait surmonter ce genre de choses. Cela n’impacte nullement pas sur sa prestation.
Propos recueillis par J H K

Commentaire

PARTAGER