Moriféré répondra aux convocations malgré son traitement par la police (Avocats)

389

Dernère publication

Membres de l’équipe de défense de l’ex ministre Bamba Moriféré, Maîtres Diallo Souleymane (avocat principal) et Affoussiata Bamba-Lamine (porte-parole), ont donné lundi 8 juillet 2019, l’assurance que leur client se présentera devant la justice, chaque fois qu’il sera convoqué.

« Le ministre Bamba Moriféré n’a pas l’intention de fuir la justice, puisqu’il n’a rien à se reprocher. Il est prêt à répondre à toutes les convocations qu’il recevra. Nous demandons juste que ses droits soient respectés», a fait savoir Affoussiata Bamba-Lamine. Pour les deux avocats, le code de procédure pénale a été violé au moment de l’interpellation de leur client, dans la soirée du dimanche 7 juillet 2019.

Selon Affoussiata Bamba-Lamine, son client étant un ancien ministre (ministre de la santé sous Robert Gueï. Ndlr), le code pénal exige des mesures exceptionnelles en cas de poursuite pénales. Mais pas la violence. « Ceux qui ont enlevé notre client n’ont pas agi dans le cadre de la procédure du code pénal. Il n’y a pas de flagrant délit. Des lors, il devait y avoir une convocation préalable. Et c’est lorsque la personne convoquée refuse de répondre à la convocation, que la police peut utiliser d’autres moyens coercitifs pour le faire venir. Mais, dans le cas de notre client, il n’y a eu aucune convocation. Les policiers sont d’abord venus à sa résidence principale pour, disent-ils, l’auditionner. Sans mandat, nous avons opposé un refus. Notre client s’est alors rendu à sa résidence secondaire. C’est là qu’il a été enlevé par des personnes en cagoule. Notre client est un ancien ministre. Et la procédure de code pénal contient des dispositions particulières qui indiquent la procédure à appliquer dans le cas d’espèce. C’est en totale violation de ce code qu’il a été interpelé», a expliqué Affoussata Bamba-Lamine pour qui cette façon de faire constitue un recul de l’État de droit.

L’équipe de défense de Bamba Moriféré dit avoir saisi l’avocat général, près la Cour d’appel d’Abidjan-Plateau « pour l’informer des violations des droits » de son client.

En attendant de se présenter à la Préfecture de police avec leur client le jeudi 11 juillet 2019 à 8h (comme exigé par le Préfet de Police), Affoussiata Bamba-Lamine et son coéquipier Diallo Souleymane, annoncent une série de courriers qu’ils adresseront également aux autorités policières et aux organisations de la société civile «pour les informer du traitement dont est victime » Bamba Moriféré.

J-H K

Commentaire

PARTAGER