Noix de cajou en Côte d’Ivoire :4 industriels promettent la transformation annuelle de 29.500 tonnes supplémentaires

830

Dernère publication

L’État de Côte d’Ivoire et quatre entreprises industrielles spécialisées dans la transformation des noix de cajou ont signé une convention, le jeudi 12 septembre 2019, au 18ème étage de l’immeuble Postel 2001, à Abidjan-Plateau.

La partie gouvernementale était représentée par les ministres Souleymane Diarrassouba, Adama Coulibaly et Kobénan Kouassi Adjoumi. Au nom du gouvernement, le ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba a salué l’arrivée des quatre entreprises dans la filière cajou, portant le nombre d’industriels à 12, puisque huit (8) entreprises avaient signé la même convention avec l’État, le 5 août 2019 : « Le gouvernement s’est fixé pour objectif de transformer 50% de la production nationale d’ici 2020 . Pour ce faire, d’importantes réformes ont été mises en œuvre depuis 2013, sous l’impulsion du Président de la République et des actions du gouvernement conduit par le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, afin d’améliorer la compétitivité du secteur.

Au regard de ces enjeux d’ordre économique et social qui s’inscrivent dans le contexte de la politique de la transformation de nos matières premières agricoles en vue de la création d’une plus-value, le Gouvernement a adopté de nouvelles mesures incitatives complémentaires à celles déjà en vigueur, à travers l’ordonnance n° 2019-587 du 3 juillet 2019, en vue de dynamiser et d’accélérer la transformation locale de la noix de cajou, notamment par l’utilisation optimale des capacités des unités installées et l’entrée de nouveaux investisseurs dans le secteur.

Cette cérémonie de signature vient porter le nombre d’entreprises industrielles de transformation de l’anacarde bénéficiaires des nouvelles mesures de 8 à 12 et les engagements d’augmentation des quantités de noix brutes transformées de 107. 000 tonnes à environ 170. 000 tonnes sur une période de 4 ans, soit une augmentation globale du volume de noix transformées d’environ 60%. Ces engagements permettront d’atteindre un taux de transformation de la production nationale de noix brute de cajou d’au moins 52% d’ici à 2022. Ces quatre nouvelles entreprises représentent une capacité nominale de transformation d’environ 29.500 tonnes par an, portant ainsi les capacités nominales installées des 12 entreprises engagées par les conventions à 155. 000 tonnes par an ».

Siriki Bakayoko, porte-parole des signataires a traduit la disponibilité de ses collègues, notamment Mme Ferdjani Dalada, Hussen Kirmani et Ismaël Koné à œuvrer au dynamisme de la filière anacarde. « Nous sommes sur la bonne voie pour augmenter le taux de transformation de noix de cajou », a assuré Siriki Bakayoko.

OD

Commentaires - L'Intelligent d'Abidjan

PARTAGER