Ouaga : Alpha Barry, Louise Mushikiwabo et Maître Titinga en guerre contre l’ignorance

1164
Une photo de famille a immortalisé l’inauguration officielle du Centre Multimédia et Bibliothèque de la Commission nationale pour la Francophonie.

Dernère publication

Le Centre Multimédia et Bibliothèque de la Commission nationale pour la Francophonie à Ouaga 2000 a été officiellement ouvert le jeudi 28 février 2019, en présence de la Secrétaire générale de la Francophonie, Son Excellence Madame Louise Mushikiwabo, du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Son Excellence Monsieur Alpha Barry et de l’avocat, homme de lettres, Maître Pacéré Frédéric Titinga, parrain de cette cérémonie d’ouverture.

Ce Centre qui a été inauguré, en marge du FESPACO 2019 qui se déroule actuellement dans la capitale burkinabè, a pour objectifs d’offrir un cadre adéquat d’apprentissage et de familiarisation aux technologies de l’information et de la communication mais aussi pour la lecture et des recherches documentaires ; d’offrir des services adaptés aux besoins réels de la jeunesse mais aussi à d’autres franches de la population ; accompagner les élèves, étudiants dans leur travail ; de favoriser l’accès à différentes sources d’information et de documentation aux élèves, étudiants, chercheurs, fonctionnaires et aux sans emploi etc.

Ces différentes couches socioprofessionnelles de la société burkinabè peuvent avoir accès, dans ce Centre Multimédia et Bibliothèque de la Commission nationale pour la Francophonie, à des servies tels que la navigation sur Internet, les recherches d’informations, les impressions et photocopie, les vidéos conférences…et aussi à des formations comme l’initiation à l’outil informatique, par exemple. Elles peuvent également y trouver des ouvrages de références, des ouvrages documentaires ainsi que des ouvrages littéraires de plusieurs pays.

Mme Louise Mushikiwabo | Secrétaire générale de la Francophonie
Mme Louise Mushikiwabo | Secrétaire générale de la Francophonie

La Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo, a situé l’intérêt de ce Centre Multimédia et Bibliothèque pour un pays comme le Burkina Faso. « Je dois tout d’abord dire le plaisir que j’ai, d’effectuer ma première visite officielle au Burkina Faso en dehors du siège de l’Organisation internationale de la francophonie. Je suis ici pour plusieurs rasions, d’abord pour le cinquantenaire du FESPACO. Ce centre revêt d’un intérêt particulier parce qu’il se situe à l’intersection de plusieurs objectifs de la Francophonie à savoir l’éducation, la connaissance de l’autre, le vivre ensemble et le numérique. Voici donc l’importance de ce Centre. Nous avons discuté, le ministre des Affaires étrangères et moi-même, de la nécessité de passer à l’échelle avec des projets de ce genre. Nous espérons donc engager des discussions avec nos autres partenaires pour voir comment multiplier et augmenter ce genre de Centre Multimédia et Bibliothèque. Et encore plus important, nous allons voir comment emmener ce genre de centre en dehors de la capitale, Ouagadougou. L’OIF se tient tout près du Burkina Faso et de ce genre de projet. C’est une double joie pour moi d’être ici. J’aime le multimédia, je crois beaucoup au numérique et j’adore la jeunesse et la partie de notre population francophone qui va bénéficier de ce genre de centre », a-t-elle déclaré.

À la question de savoir si, outre la guerre contre la pauvreté et le terrorisme dans laquelle le Burkina Faso s’est engagée, c’est la guerre contre l’ignorance et la culture qui est désormais déclarée avec l’ouverture de ce Centre Multimédia et Bibliothèque c’est la guerre contre l’ignorance qui est ainsi relance , Madame Louise Mushikiwabo a répondu : « Je ne peux pas prétendre qu’un seul centre comme celui-ci peut éradiquer la pauvreté et les maux sociaux qui existent non seulement au Sahel mais un peu partout dans le monde, mais je pense que c’est une contribution modeste et c’est justement pour cette raison que je parle de passer à l’échelle, de multiplier ce genre d’endroits. C’est certainement une petite contribution pour lutter contre l’ignorance ».

M. Alpha Barry | Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Burkina Faso
M. Alpha Barry | Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Burkina Faso

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Burkina Faso a exprimé sa satisfaction quant à l’ouverture d’un tel centre à Ouagadougou.

« Nous avons profité de la présence de Madame Louise Mushikiwabo, qui est une invitée du Président du Faso au FESPACO, pour ouvrir officiellement ce Centre Multimédia et Bibliothèque de la Commission nationale pour la Francophonie. Nous sommes très honorés que sa première visite officielle se déroule au Burkina Faso, et nous avons saisi cette occasion pour inaugurer ce Centre qui va aider les jeunes à faire des recherches, à être connectés au monde, et à aller plus loin dans leurs études ( …) Et pour la symbolique, nous avons voulu avoir comme parrain, un personnage qui est à la fois porté sur la langue française, grand poète, grand prix de littérature africaine mais qui est aussi un traditionnaliste très connu, grand chef traditionnel, promoteur d’un des plus grands musés du Burkina Faso. Et aussi qui a écrit sur le tambour et le langage des tambours, des ouvrages qui sont des références dans des universités africaines. Nous avons tenu à ce que Maître Pacéré Frédéric Titinga soit le parrain de cette cérémonie pour qu’il soit une source d’inspiration pour la jeunesse africaine et burkinabè », a précisé Alpha Barry.

Maître Pacéré Frédéric Titinga | Homme de lettres
Maître Pacéré Frédéric Titinga | Homme de lettres

L’éminent homme de lettres, Maître Pacéré Frédéric Titinga, a prodigué, des conseils à la jeunesse africaine et burkinabè.

« Je veux dire à la jeunesse qu’il faut apprendre. Il faut aimer son pays, et il ne faut pas passer sur cette terre comme une lettre à la poste, de manière anonyme et disparaître. Il faut être témoin de son temps et aussi il faut écrire. À la jeunesse, je dis aujourd’hui que j’ai environ quarante livres portant sur au moins cent ans de volume ; quant à emmagasiner des connaissances pour exploitation c’est assez important. (…) Sans compter que je dois avoir au moins quinze mille cassettes d’enregistrement de nos traditions. Je veux que la jeunesse s’intéresse au maximum à ce Centre, exploite et apprenne à partir de ce Centre. L’homme doit toujours apprendre et ne doit jamais dire qu’il est suffisamment formé…», a-t-il conclu.

Alpha Barry, Louise Mushikiwabo et Maître Titinga se sont ainsi engagés dans une sorte de guerre contre l’ignorance à travers l’ouverture officielle de ce Centre Multimédia et Bibliothèque de la Commission nationale pour la Francophonie à Ouagadougou. Après la coupure du ruban et une visite guidée du Centre, les trois personnalités ont procédé à la signature du Livre d’or. Une photo de famille a mis fin à la cérémonie qui s’est déroulée sur l’Avenue Mohamar Kaddafi de Ouaga 2000 en présence des chefs de missions diplomatiques et consulaires, des représentants d’institutions internationales, du Secrétaire permanent de la Commission nationale pour la Francophonie, du premier adjoint au maire de la ville de Ouagadougou ainsi des agents du ministère des Affaires étrangères du Burkina Faso.

Joël Touré, envoyé spécial à Ouaga.

Commentaires - L'Intelligent d'Abidjan

PARTAGER