Parlement de Côte d’Ivoire Les sénateurs instruits sur les rouages de l’examen du budget-programme

15896
La salle Kokrenou d’un hôtel de Yamoussoukro abrite depuis le lundi 17 mai, et ce jusqu’ au vendredi 21 mai 2021

Dernère publication

La salle Kokrenou d’un hôtel de Yamoussoukro abrite depuis le lundi 17 mai, et ce jusqu’ au vendredi 21 mai 2021, un atelier de partages d’expériences et de renforcement de capacités, destiné aux sénateurs membres de la commission des affaires économiques et financières(Caef) du Sénat de Côte d’Ivoire, portant sur le thème : « Budget-programmes et contrôle de la performance ».

Il s’agit au cours de cet atelier d’instruire ces sénateurs sur les rouages de l’examen du budget-programme.
Curtis Cyntia, coordonnateur national du programme pays renforcement des capacités(Pprc) a, au nom de Zoro Épiphanie Ballo, ministre de la Bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption, indiqué que la recherche de l’optimisation de la dépense publique et de l’amélioration des processus de gestion des finances publiques, sont les fondements de la stabilité macroéconomique et budgétaire de tout pays démocratique qui aspire au développement. Ainsi, a-t-elle souligné, qu’avec le basculement effectif du budget de moyens en budget-programme en Côte d’Ivoire depuis janvier 2020, il paraît judicieux que tous les acteurs impliqués dans la gestion et le contrôle budgétaire au plan national, soient sensibilisés et formés sur les innovations qui découlent de cette mutation.
Au cours de cet atelier qui vise principalement à renforcer les capacités des sénateurs en matière d’examen des budgets-programmes afin d’aboutir à un contrôle axé sur la performance, il s’agira d’éclairer ces parlementaires sur les innovations introduites par la réforme au niveau de la procédure d’élaboration, d’approbation et de vote du budget. Mais, mieux de les orienter sur les nouveaux métiers budgétaires et les modalités de leur exercice. Cette nouvelle approche dans la gestion des finances publiques place la satisfaction du citoyen au cœur de l’action publique et induit une culture de la performance.
Pour le reste, Koumoué Koffi Moïse, président de la Caef, au nom du président du Sénat, s’est réjoui de cette formation qui permettra aux sénateurs de disposer d’outils pour maîtriser tous les ressorts indispensables à l’examen efficace du budget-programme. Avant de traduire la gratitude de son institution aux partenaires au développement, qui appuient le sénat dans l’accomplissent efficiente de ses missions.
Notons que les méthodes de budgétisation qui, depuis de longues années, étaient basées sur une logique de moyens, ont laissé place à une budgétisation axée sur les résultats. Ces réformes engagées par les pays de l’UEMOA, depuis des années, accordent une place prépondérante au Parlement dans la gestion des affaires publiques en vue d’atteindre l’efficacité de la dépense publique et d’assurer un meilleur contrôle de l’action gouvernementale. Aussi, la Côte d’Ivoire a-t-elle progressivement adopté le mode de budget-programmes en vue de renforcer les institutions de contrôle et d’instaurer une plus grande cohérence entre ses objectifs de développement et ses capacités budgétaires.

Harry Diallo à Yamoussoukro

Commentaire

PARTAGER