Production du riz en Côte d’Ivoire, le ministre Gaoussou Touré après la signature d’un protocole avec un groupe marocain : “Ce protocole d’accord apportera une solution à l’épineux problème d’approvisionnement des riziculteurs en engrais”

5335

Dernère publication

Le vendredi 4 septembre 2020, à la cérémonie de signature d’un protocole d’accord avec le groupe OCP Côte d’Ivoire ( basé au Maroc et spécialisé dans les engrais agricoles), à la salle des fêtes du Sofitel Hôtel Ivoire à Abidjan Cocody, Gaoussou Touré, ministre de la promotion de la riziculture, a indiqué que cet accord vient résoudre le problème de disponibilité des engrais pour les riziculteurs.

« L’Accord cadre, objet de notre présence, ici, ce matin, vient à point nommé car il contribuera au développement de la riziculture qui constitue une priorité pour le Gouvernement. En effet, il apportera une solution à l’épineux problème d’approvisionnement des riziculteurs en engrais (NPK et Urée) de qualité excellente aux meilleurs prix et il permettra au Ministère de la Promotion de la Riziculture de finaliser rapidement les partenariats gagnants – gagnants en cours de préparation qui solutionneront les problèmes importants de la riziculture. (… ) Je reste persuadé que ce partenariat sera non seulement fructueux mais porteur d’espoir pour la filière riz ivoirienne» , s’est félicité le ministre Gaoussou Touré.
L’accord entre le ministère de la promotion de la riziculture et le groupe marocain, porte sur quatre points. À savoir, le développement de la structuration des chaînes de valeurs des activités rizicoles, le développement d’engrais adaptés au besoin des sols et des cultures pour une fertilisation raisonnée, la formation et la sensibilisation des riziculteurs aux bonnes pratiques agricoles, et la digitalisation du processus de la chaîne de valeurs de production du riz.

« Faire de notre pays, un des plus gros exportateurs africains de riz à l’horizon 2030 »

Selon le ministre Gaoussou Touré, cet accord ainsi que ceux à venir concourent à la réalisation de la Stratégie nationale de développement de la riziculture (SNDR) 2020-2030 qui vise à faire de la Côte d’Ivoire, un gros exportateur de riz sur le continent africain. « L’atteinte de ces objectifs passe par les actions majeures. (…) Au final, la mise en œuvre de la SNDR 2020-2030 permettra de Basculer progressivement d’une riziculture traditionnelle de subsistance non rentable à une riziculture de marché, moderne, performante, compétitive, rentable, durable et respectueuse de l’environnement. Il s’agira aussi de faire du riziculteur un opérateur économique à part entière, un professionnel, gestionnaire d’une affaire rentable et durable qui créera des emplois et des richesses dans toutes les régions de la Côte d’Ivoire, en particulier les zones rurales pauvres à transformer en zone riche par une exploitation rationnelle des immenses potentialités rizicoles existantes. (…) Le ministère a proposé au Gouvernement, la SNDR 2020-2030, qui a été adoptée en Conseil des Ministres le 11 mars 2020. Cette stratégie a pour objectifs d’assurer à la Côte d’Ivoire l’autosuffisance en riz de bonne qualité avant 2025, et faire de notre pays un des plus gros exportateurs africains de riz à l’horizon 2030 », a par ailleurs expliqué le ministre Gaoussou Touré.

Benzekri Mohamed, Vice-Président OCP Afrique de l’ouest: « Ces programmes ont permis un impact significatif dans l’amélioration des rendements et des revenus pour plus de 750 000 petits producteurs dans 8 pays en Afrique»

Benzekri Mohamed, Vice-Président OCP Afrique de l’ouest, s’est réjoui de ce partenariat naissant et a assuré de la fiabilité de leurs méthodes. « OCP Africa, spécialisé dans la production du Phosphates et produits dérivés, contribue au développement durable de l’agriculture africaine. Dans ce contexte, nous avons développé de solutions adaptées aux problèmes des producteurs sur le continent, notamment à travers trois principaux programmes phares. “Agrobooster” qui consiste à soutenir les chaines de valeurs à travers un écosystème vertueux du petit fermier, en lui apportant une offre globale pour booster sa production et ses revenus. Cela consiste à fournir des engrais de qualité. (…) Le programme SchoolLab qui est laboratoire de formateurs itinérants, permettant d’offrir des analyses sols suivies de recommandations d’application d’engrais au profit des producteurs. Nous avons également d’autres programmes de durabilité des systèmes agricoles. (…) Ces trois programmes ont été déployés avec succès dans 8 pays en Afrique et ont permis un impact significatif dans l’amélioration des rendements et des revenus pour plus de 750 000 petits producteurs », a-t-il assuré.

J-H Koffo

Commentaire

PARTAGER