Sida : La prévalence en Côte d’Ivoire passe de 4,7% à 2,5% (Sidi Touré)

947

Dernère publication

Sidi Touré, porte parole du gouvernement a évoqué à l’issue du conseil des ministres du mercredi 9 octobre 2019, une communication du ministère de la santé et de l’hygiène publique, relative aux résultats enregistrés par la Côte d’Ivoire, avec l’appui du Fond mondial, dans la lutte contre les Ist, le Vih-Sida, la tuberculose et le paludisme.

Au niveau du Vih-Sida, le Porte-parole du gouvernement a annoncé des résultats, selon lui, satisfaisants . Ceci, grâce à la mise en place de 209 nouveaux sites de prévention et de prise en charge, visant à accroitre l’offre de traitement Arv (Anti rétroviraux), le nombre de dépistage Vih ainsi que le nombre de bilan biologique pour la prise en charge des personnes vivant avec le Vih. Ainsi, dira-t-il,« 252125 personnes vivant avec le VIH ont été mises sous traitement ARV, ainsi que 12347 enfants ».

« La prévalence du VIH dans notre pays est en baisse dans notre pays. Dans la population en général, la prévalence est passée de 4,7% à 2,5% en 2018 ainsi que d’une régression du nombre de décès liés au Sida, 36717 cas en 2009 à 15405 cas en 2018 », a ajouté le ministre Sidi Touré.

Au niveau du Paludisme, il a fait savoir que le financement du Fonds mondial a permis à la Côte d’Ivoire de renforcer la riposte, en accélérant les progrès vers une couverture maladie universelle et les objectifs de développement durables. Ainsi, dans le cadre de la lutte contre le paludisme, le ministre indique que 16 millions de moustiquaires imprégnées à longue durée d’action ont été distribués et près de 3,5 millions de personnes ont été traités. « On note une baisse significative de l’incidence du paludisme dans la population qui passe de 217,31 pour 1000 habitant en 2008, à 155,4 pour 1000 habitants en 2015 », a-t-il expliqué.

Pour ce qui est de la tuberculose, Sidi Touré a mentionné l’extension du réseau des centres de diagnostic, et de traitement de la maladie: « Nous avons 250 en 2018 contre 190 en 2015 et 141 centres en 2011. Cette augmentation des centres de traitement a permis de prendre en charge plus de 20939 patients en fin d’année 2017».

J-H Koffo

Commentaire

PARTAGER