Viol d’une institutrice à Sandegué L’Organisation syndicale des Enseignants du primaire public dénonce l’indifférence du ministère de l’éducation

1640

Dernère publication

Dans une déclaration dont nous avons reçue copie le dimanche 10 octobre 2021 , l’Organisation syndicale des Enseignants du primaire public de Côte d’Ivoire (Oseppci) a condamné le viol d’une institutrice à Sandegué et dénoncé l’indifférence des Autorités de tutelle et celui du ministère de la femme de la famille et de l’enfant ainsi que des organisations féminines

Camarades instituteurs camarades institutrices,

L’OSEPPCI ( Organisation syndicale des Enseignants du primaire public de Côte d’Ivoire) votre syndicat de proximité, toujours soucieux du bien-être des élèves et des Enseignants à travers cette déclaration voudrais apporter sa compassion et condamner par la suite avec véhémence cette énième pratique ignoble qui vient encore frapper de plein fouet notre honneur et notre dignité suite au viol de la collègue institutrice T.A.F dans la région de Bondoukou plus précisément à SANDEGUE au vue et au su de tous sans que les présumés auteurs ne soient inquiétés.

Camarades instituteurs, trop c’est trop.Nous n’en pouvons plus .

Resterons-nous les bras croisés sans réaction devant cette situation qui dégrade à nouveau notre coopération?

OSEPPCI dit non, il faut faire quelque pour que ces dérives puissent cesser.
En effet, aucune assistance physique et/ou morale de la part de nos Autorités de tutelle et celui du ministère de la femme de la famille et de l’enfant et aussi des organisations féminines censées défendre le genre à l’endroit de la victime. Ceux la même , qui ont la charge d’assurer notre sécurité au travail.
Cependant, il faut noter que l’année passée , c’était un instituteur membre de l’Oseppci qui a été brûlé vif par un autochtone dans son lieu de travail à Transua.
Cette fois-ci , c’est le viol de l’institutrice T.A.F suivi d’agression physique .
Pour résumer que si nous instituteurs, nous ne sommes pas brûlés, nous sommes violés, ou bien nous sommes jetés en prison parfois sans aucune raison.
Oseppci voudrait que des enquêtes soient diligentées par l’autorité compétente à effet de mettre très rapidement la main sur ces auteurs sans foi et sans cœur.
Oseppci souhaite prompt rétablissement physique et moral de notre collègue T.A .F
Oseppci est Sandegué
Oseppci est Daridougou
La femme mérite respect et considération.

SGN KABA SORY

Commentaire

PARTAGER