Violences pendant la période électorale: Ce que Vagondo Diomandé a dit aux préfets

10749

Dernère publication

Une rencontre de prise de contact a réuni, le vendredi 20 novembre 2020 dans un hôtel de Yamoussoukro, l’ensemble des 108 préfets de régions et de départements et le ministre de la sécurité et de la protection civile, ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation par intérim Vagondo Diomandé.

Au terme de ces échanges à huis clos qui ont duré près de 2heures, le ministre Vagondo Diomandé a indiqué qu’il s’est agi pour lui, de réitérer les félicitations du président de la République Alassane Ouattara à ces administrateurs territoriaux, pour leur implication dans la gestion de toutes les situations qui ont pu se présenter pendant la période d’élection présidentielle du 31 octobre 2020. « (…) Que les préfets ne sentent pas orphelins puisqu’ils ont à leurs côtés l’État incarné par son excellence monsieur le président de la République accompagné par monsieur le Premier ministre. Et en tant que membre du gouvernement les préfets doivent savoir que je suis à leurs côtés », a-t-il précisé. Cette rencontre, a fait savoir le ministre Vagondo, s’inscrit dans la continuité de tout ce qui a pu être fait et qui a été initié par feu le ministre Sidiki Diakité décédé le vendredi 23 octobre dernier des suites d’un Accident vasculaire cérébrale (Avc). Il a dit avoir donné des orientations pour la continuité de l’action gouvernementale à travers leurs attributions dans chacun des départements dont ils ont la charge. « Nous nous sommes parlé, nous nous sommes bien compris ; les préfets aujourd’hui sont galvanisés pour se remettre au travail ; travail qu’ils n’ont d’ailleurs jamais arrêté. Mais ils m’ont rassuré qu’ils repartent chacun à leur poste pour assurer la continuité du service de l’État . Pour ma part sous la houlette de son excellence monsieur le président de la République, je me suis engagé devant les préfets, à faire en sorte qu’un regard particulier soit porté à leurs conditions de travail pour que justement ils sachent que l’État est à leurs côtés », a-t-il dit. Peu avant lui, Ibrahima Bayo, directeur général de l’Administration (Dgat ) a rassuré l’émissaire du gouvernement en ces termes « Les membres du corps préfectoral entendent demeurer le socle sur lequel notre pays devra s’appuyer pour la reconquête de l’harmonie sociale pour bâtir les fondements beaucoup plus solides de son avenir constitué autour des valeurs de paix, de réconciliation, de pardon et d’amour, conditions indispensables pour lui permettre de continuer sa marche glorieuse vers le développement. En tout état de cause, monsieur le ministre, les autorités préfectorales continuent d’être un réservoir de ressources pour le maintien de la paix et de la cohésion sociale au sein des populations. » . Selon lui, la majorité des populations de la Côte d’Ivoire, au regard des crises passées de 99, 2020 et 2010 ne veulent plus revivre les expériences douloureuses des crises sociopolitiques. Et ce, quelle que soit leur appartenance politique. « Leur aspiration est de vivre dans un environnement de paix et stabilité ; elles optent par conséquent pour une gestion pacifique et démocratique des différentes contradictions inhérentes de ces vécus. » Ainsi, il a invité les autorités préfectorales à promouvoir cette vision de paix auprès des habitants de Côte d’Ivoire, afin de leur permettre de privilégier le dialogue et de se parler dans le sens du compromis constructif gage de développement. Cheville ouvrière de ce ministère, au-delà de leur devoir, les autorités préfectorales ont pour mission entre autres de collecter les informations de terrain et les mettre à la disposition de la hiérarchie.

Harry Diallo à Yamoussoukro

Pour acheter votre journal du jour en PDF – les archives et les numéros récents, cliquer  …..

https://www.lintelligentdabidjan.info/client/produit/n3749-4/

Commentaire

PARTAGER