Yamoussoukro- Inauguration de l’École de Guerre des FACI, hier -Le ministre d’État Hamed Bakayoko : “Quand on est bien formé, le matériel devient efficient”

5068

Dernère publication

Hamed Bakayoko, ministre d’État, ministre de la défense a procédé le jeudi 17 octobre 2019, à l’ouverture officielle à l’École des Forces Armées (EFA) de Zambakro d’une école de guerre des Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI).

À cette occasion, le ministre d’État a rappelé aux hommes en arme les valeurs d’une armée républicaine. Selon lui, les armées reposent sur trois grands piliers : les hommes, la formation et les moyens. Il a insisté sur le profil des soldats, le mode de recrutement et la qualité des hommes dans une armée, qui peuvent faire la différence avec une autre armée.
« La formation est essentielle pour moi. Quand j’ai regardé les modules de formation, même pour les soldats du rang, les sous-officiers, je peux comprendre que s’ils sont bien formés, au bout, on aura des citoyens bien formés, de qualité; des agents de développement et des hommes d’une très grande rigueur et d’une très grande discipline si véritablement tout ce qui est écrit dans les manuels est exécuté et qu’il y a une véritable appropriation par les militaires de ces acquisitions » a-t-il fait remarquer.

« L’armée qui elle-même repose sur trois piliers est une colonne essentielle de la stabilité du pays. Ce n’est pas par hasard que les plus grandes puissances ont les plus grandes armées. C’est quelque chose d’essentiel dans sa capacité à protéger le territoire, à stabiliser, sécuriser le pays et aujourd’hui à anticiper. Bien souvent, la formation a été négligée. On avait pensé que la solution, c’était d’avoir des armes, des blindés, des avions. Ironie du sort, il y a des pays et nous-mêmes n’avons pas été loin de cela, qui acquièrent du matériel dans les domaines où ils n’ont aucun spécialiste pour le suivi, la réparation ou même la mise en œuvre. C’est pour vous dire combien la formation est importante. Quand on est bien formé, le matériel devient efficient », a-t-il dit .
Poursuivant, le ministre d’État a relevé la nécessité plus que jamais d’une formation accrue des hommes dans un contexte de terrorisme où les néo-trafiquants et les criminels économiques ne manquent pas d’ingéniosité pour déstabiliser les États, en vue de faire prospérer leurs activités dans des espaces de non-droit.

Harry Diallo, à Yamoussoukro

Commentaire

PARTAGER