Yoroba Abraham Denis (Pdt Gpat) : «Nous nous attaquerons à la transhumance des élus, le convoyage des électeurs et à la caution à la présidentielle»

561
Yoroba Abraham Denis (Pdt Gpat)

Dernère publication

Après leur première rencontre d’échange avec le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, le vendredi 10 janvier 2020 à la Primature, dans le cadre du démarrage du dialogue politique pour la révision du code électoral, président du Groupement de plaidoyer et d’action pour une transparence électorale (Gpat), a dit ce qu’il souhaite comme changement.

« Nous sommes heureux d’avoir été associés à ce deuxième dialogue politique qui permettra d’apprécier le cadre législatif et légal des élections en Côte d’Ivoire. Le Premier Ministre nous a demandé d’apporter notre contribution, afin de faire en sorte que nous puissions avoir un code électoral qui est à la fois traducteur du contexte actuel, mais aussi qui permet de prendre en compte la nouvelle Constitution. Nous notons que nous n’avons pas assez de temps pour le faire. C’est une course contre la montre. Mais notre souhait est qu’on ne confonde pas vitesse et précipitation, de peur que les choses ne soient pas faites dans les règles de l’art, afin de ne pas avoir à regretter des actes que nous aurions dû, mais que nous n’avons pas pu poser. Il faut que les choses soient faites de sorte à ce qu’il y ait un consensus autour de cette loi qui va régir les futures élections que tous attendent et qu’ils souhaitent apaisées et non violentes. Un mois seulement de dialogue, cela signifie que chacun de nous doit pouvoir mettre de côté ses occupations pour faire de ces discussions, sa priorité. C’est ainsi que nous pourrons tenir dans les délais. Chez nous, au niveau du Gpat, nous avons recensé trois points importants auxquels nous nous attaquerons. Le premier est la transhumance des candidats. C’est-à-dire, des gens qui se font élire sous une bannière. Et une fois élus, changent de bannière sans la caution des électeurs qui les ont élus par rapport à ce qu’ils étaient au départ. C’est une trahison et manque de considération pour ceux qui les ont élus. Les électeurs sont les seuls détenteurs du pouvoir qu’ils donnent à l’élu. Cet élu doit être fidèle à cette base. Nous allons aussi intervenir sur le convoyage d’électeurs. C’est une sorte de chosification de l’électeur qu’on transporte d’un lieu à un autre, juste pour se faire élire. Et dès qu’on est élu, on les ramène à leur point de départ. Et ceux-là ne pourront pas subir notre gouvernance, une fois élu. Pour nous, il est fondamental de mettre fin à cela. Nous communiquerons aussi sur cette affaire de caution à la présidentielle qui devrait, être selon une proposition faite par le Président de la République, de 20 à 100 millions FCFA. Nous disons que tout citoyen a le droit de participer aux affaires publiques de son pays. Il ne doit pas être empêché par quelques questions de diligence que ce soit», a-t-il confié.

J-H K

Commentaire

PARTAGER