Agboville – 59ième indépendance de la Côte d’Ivoire:Le préfet André Ekponon appelle les jeunes à s’éloigner de la violence

270

Dernère publication

Le préfet de région , préfet du département d’Agboville André Ekponon a présidé la célébration du 59ème anniversaire de la Côte d’Ivoire dans cette ville.

« Faites abstraction de tout ce qui nous divise et faites amitié avec tous ceux qui viennent d’ailleurs (…) Je déplore les affrontements entre les jeunes qui proviendraient des ethnies Abbey et Dioula scolarisés ou non qui s’affrontent violemment chaque fois. Ces comportements trouvent leurs causes dans la drogue dont les conséquences déteignent sur les résultats de fin d’année. Cette année, nous avons obtenu 44, 34 % au BEPC et 34, 31% à l’examen du BAC. Ces taux sont largement inférieurs aux taux nationaux », a-t-il dit aux jeunes.

Le préfet s’est dit offusqué par l’attitude d’incivisme de groupes de jeunes gens qui créent la zizanie dans la ville d’Agboville . “Eloignez-vous définitivement de la violence”, a-t-il dit . Il a aussi profité de ce grand jour pour demander aux populations d’arrêter la vente des forêts. Il a aussi demandé les chefs de terre et les chefs de village à mettre aussi un terme aux nombreux conflits entre eux.

Toutefois, il s’est réjoui des actions sociales que le programme social gouvernemental (PS-GOUV) a initiées en faveur d’Agboville. Notamment le lancement des travaux de renforcement de l’axe Thomasset-Agboville, la construction d’un château d’eau d’une valeur de 15 milliards qui, selon lui, règle le problème crucial de l’eau dans le département, le traitement des points critiques de certains axes par le conseil régional, la construction du centre de secours d’urgence par une action conjuguée de la mairie et du conseil régional, le don de 30 motos aux forces de l’ordre par le conseil régional etc. « Mais s’il n’y a pas de paix, de fraternité et d’harmonie, à quoi vont servir toutes ces actions de développement ? », s’est interrogé l’autorité préfectorale. Qui a d’exhorté chacun à la culture de la tolérance, de la paix et du pardon.

Ahou Moayé à Agboville

Commentaires - L'Intelligent d'Abidjan

PARTAGER