Botro : Le premier Ministre Achi Patrick lance les travaux du lycée professionnel agricole de 3,653 milliards de fcfa

1662

Dernère publication

Le Premier Ministre AchiPatrick a présidé la Cérémonie de lancement des travaux de construction du lycée professionnel sectoriel de formation aux métiers agricoles de Botro. C’était le vendredi 24 mars 2023 en présence de l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Jean-Christophe Belliard, de plusieurs membres du gouvernement et des élus et cadres du département de Botro dans la région du Gbêkê (centre).

Ce lycée sera bâti sur une superficie 25 ha et accueillera 350 jeunes pour la formation diplômante et qualifiante aux métiers Agricoles. Inscrit dans le plan national de développement (PND 2021-2025) et soutenu par la France à travers le contrat de désendettement et de développement (C2D) de l’agence française de développement ( AFD) pour un coût global de 3.653.013.903 fcfa, ce projet de formation et d’insertion professionnelle vient résorber le stock de jeunes sans emplois ou mal insérés.

C’est une population des Satiklan( peuple baoulé de Botro) qui est sortie massivement réserver un accueil chaleureux au premier ministre Achi Patrick et sa délégation dans le cadre de la pose de la première pierre et du lancement des travaux du lycée professionnel sectoriel de formation aux métiers agricoles de Botro.

« Je suis heureux pour cette mobilisation exceptionnelle à Botro. Et je suis encore fier et heureux d’être ici pour deux raisons. La première concerne la jeunesse et la seconde l’agriculture » a dit Achi Patrick.

Promotion et insertion professionnelle de la jeunesse

Le chef du gouvernement justifiant sa première source de satisfaction d’être à Botro est revenu sur le programme triennal et l’année 2023 dédiés à la jeunesse. Selon lui, le PJ-Gouv ou programme gouvernemental de la jeunesse a été lancé pour donner plus de moyens et d’ambitions aux jeunes, mais et surtout la possibilité d’évoluer dans un cadre harmonieux qui leur permet de réaliser leur rêve.
« Au cours des trois prochaines années, ce sont plus de 1.100 milliards de fcfa qui seront investis dans la jeunesse. Pour 2023, c’est 360 milliards de fcfa dont 260 milliards de fcfa pour les activités diverses et 100 milliards de fcfa pour la construction d’infrastructures spécifiques à la jeunesse.
A cela vont s’ajouter de nouveaux dispositifs à savoir, le vaste programme de service civique avec des centres dans tous les Districts Autonomes du pays, à l’image de celui de Bouaké que nous allons inaugurer tout à l’heure. Il y a aussi l’amplification des programmes d’accompagnement des jeunes dans leur insertion professionnelle à travers des activités génératrices de revenus ( AGR) et enfin le financement de micro projets » a égrené Patrick Achi.
Il faudra y ajouter les écoles de la secondes chance pour ceux sortis trop tôt du système scolaire.

1 million de jeunes concernés en 2023

Toujours selon le chef du gouvernement, c’est près de un million de jeunes qui seront touchés par tous ces programmes innovants en 2023 et qui vont s’accentuer en 2024 et 2025.

« Chers jeunes, c’est cela la Côte d’Ivoire Solidaire voulue par le président Alassane Ouattara, une Côte d’Ivoire aux côtés de sa jeunesse, une Côte d’Ivoire qui prépare l’avenir de ses enfants » a conclu Achi Patrick.

La deuxième raison de sa joie d’être à Botro touche l’agriculture

Poursuivant sur l’autre raison qui motive, le chef du gouvernement ivoirien a salué la construction de ce lycée agricole qui vient selon lui révolutionner le système agricole en Côte d’Ivoire.
« Nous devons développer encore plus notre agriculture. Et celle d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celle pratiquée par nos parents avec la daba et le dos courbé » a souligné Achi Patrick.
Pour lui, les jeunes qui sortiront de ce lycée seront donc les premiers artisans de cette agriculture nouvelle adaptée aux défis nouveaux capable de nourrir la Côte d’Ivoire et au-delà des frontières ivoiriennes.

Enfin le premier ministre a invité les cadres, les chefs traditionnels et les membres du gouvernement originaires de la région de Gbêkê à l’union sacrée autour des idéaux de paix, de cohésion et de développement du président Alassane Ouattara.

96% des localités électrifiées sous Alassane Ouattara contre 11% avant 2010

Avant le premier ministre, le maire de Botro M. Maurice Yao Kouassi a rappelé avec émotion, comment des actes en moins d’une décennie, posés par le président Alassane Ouattara ont changé la vie au quotidien des populations de Botro.
« La construction de ce lycée était une promesse du chef de l’état lors de sa visite d’état le 27 novembre 2013. Aujourd’hui c’est chose faite. Quand le président Ouattara dit, il fait » a dit d’entrée le maire. Il a ensuite révélé que c’est grâce au président Alassane Ouattara que Botro est doté d’un château d’eau, d’un commissariat, les routes y menant sont bitumées. Mieux sur 63 villages du département, seulement 7 étaient électrifiés entre 1960 et 2010. De 2011 à Aujourd’hui il ne reste que 4 villages non électrifiés soit un taux d’électrification de 96% à mettre à l’actif du président Alassane Ouattara.

Présentation du lycée agricole de Botro

Le lycée professionnel sectoriel de formation aux métiers agricoles de Botro sera construit sur une superficie de 25 ha dont une zone agricole de 20ha dédiée à l’agriculture et à l’horticulture, un dortoir de 120 places, une cantine de 200 places, une infirmerie sur une zone bâtie de 124 M2 pour 3 lits d’observer, une salle de soin et une pharmacie, un château d’eau de 10.000 litres, des aires de jeux : football, handball, basket-ball. Il sera livré dans 18 mois.
Les 350 apprenants annuels de niveau CEPE, BEPC, BAC mais aussi les jeunes déscolarisés, sans qualification y recevront 5 modules de formations . A savoir le maraîchage-culture, la mécanisation agricole et équipement, l’irrigation Drainage Hydraulique agricole, la première transformation et l’élevage Pisciculture. Ils sortiront au bout de 3 ans de formation avec un CAP Technique mécanisation agricole, un CAP technique maraîchage, un BT Première transformation fermière ou encore un BTS Gestion de système Irrigué.

Philippe Kouhon depuis Botro

Commentaire

PARTAGER