Bouaké- L’ambiance dans le marché de bétail à 4 jours de la Tabaski

695

Dernère publication

À quelques jours de la fête de la Tabaski, nous nous sommes rendus le jeudi 12 juin 2024 sur le marché du bétail de Bouaké afin de nous informer sur la vente des moutons et des bœufs. De l’abattoir au site communément appelé “Sakabo”, les vendeurs de bétail font face à de nombreuses difficultés liées à la vente pour cette campagne de 2024. Cissé Aliou, le premier vice-président de l’union régionale des marchands de bétail de Gbêkê et du Hambol, en parle.

« Au niveau du Sakabo de Bouaké, les moutons sont actuellement présents, mais le problème est que certains sont vendus en dehors du site par des vendeurs ambulants, ce qui est notre grande préoccupation actuellement. Cela fait maintenant 4 ans que nous luttons contre ce phénomène, mais rien n’a changé jusqu’à présent. Contrairement à l’année dernière, les prix ont augmenté car les prix de l’année dernière étaient meilleurs que ceux de cette année. Au Burkina Faso et au Mali, il y a actuellement une pénurie de moutons. Même mes propres éleveurs sont partis là-bas actuellement, mais il est difficile d’en trouver. Dans la région de Dohori jusqu’à Koutinga, il est rare de trouver des moutons. Les moutons que nous pouvions acheter à 55 000 F avant la fête sont passés à 85 000 F, sans compter les frais de transport pour les amener ici », a-t-il indiqué.

« Mon appel concerne la mairie, j’aimerais que le maire Amadou Koné nous aide dans la lutte contre les vendeurs ambulants qui sont en ville. Cela fait 4 ans que nous luttons, mais ils doivent venir ici pour que nous puissions vendre ensemble ici. À chaque fois que nous organisons des réunions, nous en parlons, mais ils ne font pas ce qu’ils ont promis, ils nous tournent le dos. Le maire doit prendre des mesures à ce sujet », a-t-il ajouté. Un problème qui préoccupe également les consommateurs venus s’approvisionner pour accomplir ce devoir religieux le jour de la Tabaski. « Cette année, les moutons sont chers par rapport à l’année passée. Les moutons que nous achetions l’année dernière à 100 000 F sont maintenant vendus entre 115 000 F et 130 000 F. Cette année, c’est vraiment cher. Quand nous leur demandons pourquoi, ils nous disent que là où les moutons sont élevés, il y a des tensions et il est difficile de trouver des moutons. J’ai été obligé d’en acheter un à 115 000 F, alors qu’on pouvait en avoir un à 100 000 F l’année dernière », a déploré Touré Bassirima, un client.

Alors que la fête de la Tabaski sera célébrée le dimanche 16 juin prochain, de nombreux clients sont mécontents de l’augmentation des prix sur le marché.

Nambacéré Joël

Commentaire

PARTAGER