Conseil des ministres:Le projet de loi de finances portant budget pour l’année 2020 adopté

2340

Dernère publication

Au cours de la conférence de presse animée au terme de ce conseil des ministres, Sidi Tiémoko Touré, ministre de la Communication et des Médias a fait connaître les mesures arrêtées par le Président Alassane Ouattara concernant les erreurs dans les manuels scolaires : “Dans les points de divers, le Président Alassane Ouattara a donné des instructions fermes pour la reprise complète de l’édition des manuels scolaires comportant des erreurs et à leur remplacement et ce, à la charge des Éditions Nei-Ceda. Le mode opératoire de remplacement de ces manuels est laissé à la discrétion du ministre de l’Éducation nationale”.

Abordant les autres sujets du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a annoncé l’adoption d’un projet de loi de finances portant Budget de l’État pour l’année 2020. “Ce budget qui marquera le basculement en mode Budget-programmes se compose de 35 dotations et 149 programmes budgétaires logés dans les ministères et les Institutions. Le Budget de l’État pour l’année 2020 s’équilibre en ressources et en charges à 8.061 milliards de FCFA, en hausse de 9, 9% par rapport au budget de 2019, qui s’élevait à 7.334, 3 milliards de FCFA. Les recettes et les dépenses budgétaires prévues en 2020 s’élèvent respectivement à 4. 379, 5 milliards de FCFA et 5. 807, 2 milliards de FCFA. Les ressources et les charges de trésorerie qui s’intègrent à la nomenclature classique du budget-programmes se chiffrent, pour le projet de budget de 2020, respectivement à 2. 921, 8 milliards de FCFA et 1. 494, 1 milliards de FCFA. Les équilibres devraient s’établir à 8.432, 6 milliards de FCFA et à 9.383, 1 milliards de FCFA, respectivement en 2021 et 2022. Afin d’atteindre les objectifs de la politique fiscale du gouvernement, qui vise à soutenir le secteur privé et les ménages, le projet d’annexe fiscale 2020 a été élaboré autour de 6 axes stratégiques, notamment l’amélioration de l’attractivité des investissements directs étrangers par l’encouragement et la mise en place de nouvelles zones économiques spéciales, la promotion du développement des petites et moyennes entreprises et de la création d’emplois”. Sidi Touré n’a pas souhaité commenter l’arrestation du président du Conseil régional du Gbêkê, M. Mangoua Jacques, dont le procès s’ouvre aujourd’hui jeudi 3 octobre 2019 : “Le gouvernement n’a pas de commentaires à faire. Il faut laisser la justice suivre son cours “.

Olivier Dion

Commentaire

PARTAGER