Côte d’Ivoire- Ouattara a souvent mis en avant les Premiers Ministres pour le dialogue politique

5113
archives

Dernère publication

Le premier ministre Hamed Bakayoko a entamé des rencontres depuis le lundi 21 décembre 2020 avec des partis politiques dont ceux de l’opposition et des organisations de la société civile dans le cadre du dialogue politique . Ces rencontres prévues pour prendre fin le mardi 29 décembre sont le prolongement de celles qui ont eu lieu le 17 octobre 2020 et le 21 octobre 2020 en pleine période électorale sous la présidence du premier ministre Hamed Bakayoko avec la participation de la commission Paix et Sécurité de la CEDEAO présidée par le Général Francis Béhanzin.

Avant cette reprise des citoyens avaient estimé que le président de la République devait discuter lui-même directement avec les partis politiques et les organisations de la société civile en lieu et place du premier ministre. Ces citoyens voient comme un mépris du chef de l’État vis-à-vis de l’opposition, le fait que lui-même ne mène pas les discussions, estimant que le chef du gouvernement n’a qu’un pouvoir délégué émanant du Président de la République, dont le pouvoir émane directement du peuple.

La réalité est que les différents Premiers Ministres qui se sont succédé à la tête du Gouvernement ont toujours su engager utilement le nécessaire dialogue avec les partis politiques et les organisations de la société civile, aussi bien pour former le gouvernement en cas de besoin, que pour tout autre initiative.

C’est ainsi qu’après les contacts avortés entre Guillaume Soro et le Fpi en 2011, lors de la formation du gouvernement d’après crise, le Premier Ministre Jeannot Ahoussou Kouadio a conduit les 27 et 28 avril 2012 à Grand-Bassam, un conclave de relance du dialogue politique entre le Gouvernement et l’opposition pour la paix, et la réconciliation qui a permis d’amorcer le processus de retour des exilés politiques.

Dans la continuité de cette initiative, le Premier Ministre Daniel Kablan Duncan a animé à partir du 07 janvier 2013, plusieurs rencontres avec les partis politiques au sein d’un Cadre Permanent de Dialogue (CPD), mis en place au terme du conclave de Grand-Bassam.

Le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly a longuement échangé avec les partis politiques et la société civile du 21 janvier au 21 octobre 2019, pour la première phase de ce dialogue, qui a porté sur la recomposition de la Commission Electorale Indépendante (CEI) et les questions connexes. Ce dialogue s’est poursuivi, dans sa seconde phase, du 09 janvier au 17 février 2020, sur le Code électoral, toujours dans le cadre de la préparation du scrutin présidentiel.

Les fils du dialogue ont été renoués après l’élection présidentielle du samedi 31 octobre 2020. Aujourd’hui le premier ministre Hamed Bakayoko poursuit le processus.

C’est un choix par le chef de l’État. En plus de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr) et autres , Alassane Ouattara a toujours confié le dossier réconciliation au chef du gouvernement ! Il y’a eu une cohérence ! Cela n’est pas un signe de mépris à l’égard de l’opposition.

Le Président de la République a toujours mis au-devant ses premiers ministres concernant le dialogue politique, et quelques fois des ministres ont été spécialement désignés pour le dialogue politique, et la réconciliation nationale sans avoir forcément nommé un ministre de la Réconciliation nationale depuis 2011, comme il l’a fait récemment avec Bertin Kouadio Konan, (Kkb).

Charles Kouassi et TAB

Pour acheter votre journal du jour en PDF – les archives et les numéros récents, cliquer  …..

https://www.lintelligentdabidjan.info/client/produit/n3749-4/

Commentaire

PARTAGER