Covid 19:avant le message de Ouattara, mode d’emploi et dérogations sur la fermeture des frontières (Côte d’Ivoire)

625

Dernère publication

Alors qu’un message à la nation du chef de l’État Alassane Ouattara, est attendu en Côte d’Ivoire lundi 23 mars 2020 à 20:00, comment est appliquée la mesure de fermeture des frontières du pays, annoncée le vendredi 21 mars 2020, pour effet dimanche 22 mars à minuit.

Selon nos informations, la mesure de fermeture de l’ensemble des voies d’accès à la Côte d’Ivoire, vise essentiellement à empêcher toute entrée de personnes, sur le territoire ivoirien. Les biens et les marchandises ne sont pas concernés, comme cela a été précisé dans la décision gouvernementale, sous réserve de l’application stricte des mesures de protection.

Suite à une autorisation accordée à la compagnie Air France, selon l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, en vue d’assurer le rapatriement des ressortissants français par des vols spéciaux vers la France ,dimanche 22 mars 2020, des ressortissants d’autres pays entrés dans le pays avec visa, et non résidents réguliers en Côte d’Ivoire, se sont interrogés.

Inquiet de devoir rester pour une durée incertaine et indéterminée en Côte d’Ivoire, un citoyen américain d’origine ivoirienne s’est rapproché de son ambassade, et de la compagnie avec laquelle il a voyagé. Il a appris que son vol retour aux États-Unis était maintenu, à la date prévue. Comme pour les vols spéciaux d’Air France, le vol SN Bruxelles qui l’a transporté à Abidjan reviendra le chercher, sans passagers.

Une disposition qui pourrait concerner le rapatriement vers leurs pays, de tous les ressortissants étrangers qui le souhaitent, dans le strict respect des mesures sanitaires (contrôle aux aéroports de départ et d’arrivée, lavage des mains et le cache-nez, et tests si possible).

Les Ivoiriens non résidents réguliers à l’étranger, qui n’ont pas pu rentrer chez eux, avant la mise en application de la mesure de fermeture des frontières, pourraient être autorisés à rentrer en Côte d’Ivoire, sous réserve cette fois-ci, d’un confinement institutionnel à l’Injs, ou dans un centre d’urgence en construction.


Philippe Kouhon

Commentaire

PARTAGER