Emploi: L’Aeemci vient en aide aux jeunes entrepreneurs

829
L’Association des élèves et étudiants musulmans de Côte d’Ivoire (Aeemci) a procédé au lancement de la 1ère édition de son concours de plan d’affaires dénommé ‘’ Start-Up Aeemci 2020’’

Dernère publication

L’Association des élèves et étudiants musulmans de Côte d’Ivoire (Aeemci) a procédé au lancement de la 1ère édition de son concours de plan d’affaires dénommé ‘’ Start-Up Aeemci 2020’’, le samedi 27 juin 2020 à son siège situé à la Riviera 2.

À cette occasion, Amir Cissé Souleymane, premier responsable de l’Association des élèves et étudiants musulmans de Côte d’Ivoire (Aeemci) a indiqué que ce concours est l’aboutissement d’un long projet au niveau de l’Aeemci car chaque année, chaque, mois, chaque semaine et chaque jour, l’Aeemci fait face à la question de l’entreprenariat qui est une problématique majeure après la formation et l’obtention des diplômes de ses militants. « Aujourd’hui, nos militants sont ceux qui se donnent corps et âme, mais une fois, les formations terminées, les diplômes terminés, il n’y a pas de porte de sortie. Pour cela donc, nous avons trouvé comme solution l’idée d’inciter nos militants à l’entreprenariat car seul l’entreprenariat pourra nous aider à trouver une porte de sortie après nos différentes formations. Ce Projet est donc d’inciter nos militants au déclic entrepreneurial afin de leur permettre après leurs différentes formations de créer leurs entreprises. Nous mettons donc en place un cadre de financement des projets de nos militants. Lors de ce concours les 3 meilleurs projets retenus seront financés mais en réalité ne n’est pas cela notre finalité. Notre finalité est de mettre en place un fonds de garantie afin permettre à tous les militants de financer leurs projets », a-t-il indiqué.

Soumahoro Ben Ali : « Je suis très heureux de voir l’Aeemci s’attaquer aux problèmes de l’emploi »

Pour sa part, Soumahoro Ben Ali, Directeur général de Raouda- finance et partenaire de cette 1ère édition du concours du plan d’affaires, a félicité le responsable de cette association pour cette belle initiative sur la problématique de l’emploi. « C’est ce qu’on attendait de l’Aeemci depuis des années, nous sommes restés longtemps dans le militantisme simple et comme institution il faut s’adapter à son environnement, s’attaquer aux réalités de l’environnement et je pense que c’est ce que l’Aeemci a compris », a-t-il indiqué. Poursuivant, il a fait savoir qu’il ne s’agit pas seulement de récompenser trois personnes sur cent mille militants ce qui ne représente absolument rien. Pour lui, l’idée est d’aller plus loin que cela. « Soyez-en sûrs, Raouda ira plus loin que cela. C’est une obligation morale pour Raouda-finance d’accompagner ce projet de l’Aeemci car aujourd’hui, il nous faut l’édification d’une communauté forte. Aujourd’hui, c’est une fierté de voir des écoles confessionnelles islamiques qui répondent au standard du ministère. Raouda n’est qu’un début, il faut aller plus loin, créer même une banque islamique en Côte d’Ivoire qui puisse accompagner véritablement et de façon solide tous les projets. L’Aeemci doit avoir son fonds de garantie afin d’accompagner la jeunesse à l’entreprenariat », a- t-il fait savoir. Cette 1ère édition du concours de plan d’affaires a enregistré la participation du 1er vice-président de l’amicale des anciens de l’Aeeemci (3A) , Koné Ibrahim et du représentant du ministère de l’Éducation nationale ,de la formation professionnel et de l’enseignement technique, Bomisso Éric.

Ismaïla. M

Commentaire

PARTAGER