Entretien – Ali Diallo, passionné de Miss-Côte d’Ivoire et des concours de beauté : “La différence, cette année, va se faire sur les détails”

4400

Dernère publication

Il suit la caravane des présélections de Miss-Côte d’Ivoire jusqu’à la finale, depuis plus d’une quinzaine d’années. Ali Diallo, enseignant de formation, exerce dans l’administration publique, mais est un passionné de Miss-Côte d’Ivoire et des concours de beauté. À quelques jours de la grande finale prévue pour le samedi 4 septembre 2021, ce fin connaisseur nous a accordé cet entretien pour révéler ce qui pourrait être le trio gagnant.

Vous avez eu le privilège de suivre toutes les 12 étapes des présélections de la caravane Miss-Côte d’Ivoire 2021. Quel commentaire ou analyse, pouvez-vous en faire ?

En ce qui concerne l’édition 2021 marquant les 25 ans du Comici, il faut avouer que le niveau était bon. Et vous constatez avec moi que le Top 24 des finalistes est le meilleur. Toutes les filles sont belles et la fête du 4 septembre s’annonce haut en couleurs.

Selon vous, quel est le trio qui pourrait se dégager lors de la finale du 4 septembre 2021 et pourquoi?

Pour l’instant, je ne peux encore parler avec précision d’un Top 3 définitif. La réalité des présélections n’a rien à voir avec celle de la finale. Quoiqu’on peut parler de favorites. À cet instant, la miss Yamoussoukro est bien positionnée pour offrir un triplet à la capitale politique. Ce qui sera une grande première car aucune ville n’a remporté 3 fois de manière consécutive. Miss Yacé a des atouts physiques certes, mais son bilinguisme (maîtrise parfaite du français et de l’anglais) et son expérience sur les T comme Top- model pourront faire la différence. Quant à la miss Aboisso, elle a tout de N’Cho Leticia et pourrait apporter au Sanwi, une autre couronne nationale. La région du Gbêkê arrive en force avec une beauté métissée. Cette belle Attié Kenza, fille d’un des premiers Top-model du pays, a tout d’une reine de beauté. N’oublions pas la grande Zatté de Bondoukou avec ses 1,86m. Elle pourrait rééditer l’exploit de Gbané Mandjalia. Aussi, toutes les autres beautés avec un bon coaching, peuvent créer la surprise. Elles en ont les atouts. La différence cette année, va se faire sur les détails. Alors, le jeu est ouvert et les 24 filles ont leur chance.

Pourquoi, toutes les candidates de la Côte d’Ivoire échouent toujours au concours Miss-monde alors que dans la sous-région ouest-africaine, elles brillent ?

En ce qui concerne les concours internationaux, il faut beaucoup de moyens pour parfaire la préparation de nos Miss. Un lobbying assidu et agressif sur les réseaux et plateformes afin de se faire connaître. Il faut aussi une participation régulière à ces concours.

Pourquoi, les candidates à la peau claire (métisse) sont toujours reléguées au rang de première Dauphine de Miss-Côte d’Ivoire ?

Nonnnn !!!!! Les filles métisses ne sont pas toujours reléguées au rang de première dauphine. En 2010, Miss-Côte d’Ivoire était bien métisse, Inès Dasilva Baptiste Amoin. De mère ivoirienne et de père capverdien.

De quel concours de Miss-Côte d’Ivoire rêvez-vous pour la Côte d’Ivoire?

Je rêve d’un concours Miss pour la Côte d’Ivoire où M. Yapobi et son équipe auront beaucoup de moyens pour organiser un très grand show. Avec une mise au vert de deux semaines avec les candidates. Je profite pour réitérer mes remerciements et ma gratitude au Comici avec à sa tête M. Victor Yapobi. Je précise également qu’en matière d’organisation de concours de beauté, seule l’Afrique du Sud devance la Côte d’Ivoire. Mais si nous avons les mêmes moyens et les mêmes infrastructures, nous pouvons la détrôner. Je vous remercie pour l’interview et je souhaite bonne chance à toutes les candidates.

Interview réalisée par Mamadou Ouattara

Commentaire

PARTAGER