Entretien – Bassa Touré, écrivaine : “Les femmes sont des démons qui se cachent derrière des airs angéliques?”

3128

Dernère publication

Aïssata Bassa Touré est professeur d’anglais à la retraite. Elle a écrit un roman intitulé ‘’ Si c’était à refaire …’’. Nous l’avons rencontrée pour disséquer son œuvre littéraire.

Qu’est-ce qui vous fait courir vers la littérature?

Je suis une littéraire dans l’âme et j’ai fait une série A. J’aime la lecture et j’ai beaucoup lu. Qu’est-ce qui me fait courir vers la littérature ? Je dirai que c’est un peu trop dit quand même. Je ne me considère pas encore comme une écrivaine, comme on se plaît à le dire. Je suis une personne qui a écrit quelque chose à partir de ce qu’elle a constaté autour d’elle. C’est cela. Donc, je ne cours pas vers la littérature. Peut-être que cela viendra et je dirai Dieu merci, si cela vient.

Pourquoi avez-vous attendu aussi longtemps avant de vous jeter dans la littérature ?

Je pense que chaque chose vient en son temps. Mais, attendre longtemps je dirai non, parce que j’ai toujours écrit mais sans publier. Dès que j’ai un petit souci, je prends un papier et j’écris. Quand je suis contente, j’écris. Je me suis même essayée à la poésie. Mais, je ne sais plus où j’ai déposé ce manuscrit. J’aime écrire.Tout est écrit chez moi. J’ai peut-être attendu avant de publier, parce que le moment n’était pas venu. Il faut avoir le temps, trouver un éditeur, faire lire, courir. Sinon la date de finition (2008) est marquée sur l’œuvre. Et encore, l’éditeur à qui j’ai fait lire, m’a dit qu’il fallait publier. Peut-être qu’il serait encore dans mes tiroirs, s’il ne l’avait pas décidé.

En tant que professeur d’Anglais, pourquoi c’est la littérature française qui vous intéresse ?

Nous sommes francophones avant tout. Etre professeur d’Anglais, c’est quelque chose que j’ai appris. J’aime beaucoup l’Anglais, mais ce ne sont pas des romans anglais que je vais écrire. À moins que ce soit un best-seller que je décide de traduire. Nous ne sommes pas encore là, par contre j’écris beaucoup de contes pour enfants. Il y a un qui est déjà sorti et un autre qui sort bientôt. Et je compte traduire les ouvrages d’enfants en Anglais. Il y a déjà des collègues anglophones qui m’ont dit qu’ils étaient intéressés. Et donc, je vais me lancer dans la traduction des ouvrages pour enfants.

“Si c’était à refaire…” n’est-il pas un titre évocateur ?

Il est évocateur pour tout le monde, parce que tous, à partir d’un certain âge, nous avons nos joies, nos peines, nos regrets. On se dit que le temps passé ne revient jamais, sinon j’aurais emprunté un autre chemin, ou, j’aurais fait exactement la même chose parce que cela m’a réussi. C’est le titre qui m’est venu à l’esprit. Je ne sais pas comment, donc je ne peux pas l’expliquer. La seule chose que je puis dire est qu’il y a eu tellement de choses qui se sont passées que j’ai racontées, et je suis sûre que quelque part des gens se disent si c’était à refaire, je n’aurai pas fait ça ou, si je devais revenir en arrière, j’allais faire telle autre chose. Je me suis dit que c’est le titre le mieux adapté pour les histoires de ce genre.

Ne pensez-vous pas que certains mots ou expressions de votre œuvre heurtent les mœurs africaines et musulmanes ?

Quelles expressions pourraient heurter à votre avis ? Qu’est-ce qui vous a heurté par exemple ? Parce que je n’ai pas eu l’intention de heurter.

À la page 13 vous avez écrit : « Je couche avec elle et après ? Je suis libre de coucher avec qui je veux, non ? »

Ce n’est pas un musulman qui parle.

Mais, c’est vous l’auteure ?

Je suis musulmane en tout cas. Mais là, ce n’est pas un musulman qui le dit. Mais, ce sont des expressions que l’on entend aussi, qu’on soit musulman ou pas. Le musulman vous dit carrément : « j’ai droit à quatre femmes, donc si je vois ailleurs, pourquoi tu te plains, j’ai le droit de prendre qui je veux ». Par contre, je ne pense pas que cela puisse heurter, si les musulmans le prennent mal, ils auront eu tort de le prendre mal. Parce que je crois qu’en tant que musulmane, il est de mon devoir de rapporter des termes que j’ai entendus venant d’autres personnes, pour que les musulmans aussi revoient leurs façons de se comporter. C’est surtout cela, en mon sens. Cela ne devrait pas heurter, les adultes en tout cas.

Dans votre roman , vous présentez les femmes comme des anges et les hommes comme des démons, sans cœur et indignes de confiance d’une femme. Ne pensez-vous pas qu’il y a des femmes qui font souffrir des hommes au point de pousser les choses jusqu’à la polyandrie?

Dans le début du roman , j’ai mentionné « loin de moi, l’idée que les hommes sont tous imparfaits et que toutes les femmes sont parfaites », parce que les femmes ne le sont pas. Ne vous pressez pas, l’histoire des femmes viendra et alors les gens diront que ce sont des démons aussi alors. Je suis la première à dire que les femmes sont des démons qui se cachent derrière des airs angéliques. Ce sont des histoires qui sont arrivées par la faute des hommes, ce qui est arrivé par la faute des femmes, je le raconterai dans une autre œuvre.

Pouvons-nous donc nous attendre à l’antithèse de ce roman ?

Non , pas à une antithèse , mais à une nouvelle thèse. On peut s’attendre à ce que je m’intéresse à d’autres histoires qui concernent le comportement des femmes.

Que répondez-vous à ceux qui disent que ‘’Si c’était à refaire…’’ , est votre propre histoire que vous avez maquillée ?

Si c’était ma vie, vous ne me trouverez pas ici. Je suis tellement sensible que je serai peut-être déjà morte de douleur. Non , l’œuvre n’a rien à avoir avec ma vie. Si l’on considère que la narratrice , c’est moi, il est clair que la narratrice ne parle pas de sa vie. Elle parle d’échec conjugal à un moment, c’est tout. Et quand on lui pose la question de savoir ce qu’elle fait, elle évite d’en parler. Justement parce que la narratrice, c’est moi, donc je ne voulais pas que quelqu’un pense que c’est ma vie. Ce n’est pas mon histoire du tout. Cela dit quand on écrit, on a toujours un peu de soi dedans, ses idées, ses réactions. Mais, ce n’est pas mon histoire.

Quel message voulez-vous véhiculer à travers ce roman bien écrit et facile à lire ?

Si c’est bien écrit et facile à lire, tant mieux ! J’espère que les gens le liront. Mais, comme je l’ai dit au début de l’histoire, les femmes qui ont des problèmes dans leur couple doivent se dire que ce n’est pas la fin du monde. Ainsi, va la vie. Quand on a un souci et qu’on va chez l’autre qui a un souci plus grand, cela nous apaise un peu. On se dit qu’on n’est pas seule. J’ai voulu que ce roman soit pour les hommes, parce que parfois lorsque quelqu’un fait quelque chose, il ne réalise pas la portée de ce qu’il est en train de faire. Par contre, quand on lui présente les faits, en lui disant que c’est une autre personne qui l’a fait, il réalise le mal. Et, il peut toujours se ressaisir. Même si on est fâché au départ, on peut toujours se relever. Et cela devrait servir aux hommes, dans ce cadre. Et les femmes doivent se dire qu’il y a toujours quelque chose à faire pour sauver son ménage, il y a toujours une lueur d’espoir quelque part. C’est ce message que je voudrais véhiculer.

Peut-on s’attendre un jour à la version anglaise de ce roman ?

C’est possible, s’il devient un best-seller comme je l’ai dit plus haut. On ne sait jamais. Il faut toujours souhaiter le meilleur pour soi. Alors là, peut-être que je pourrai le traduire en Anglais. Sinon, ce n’est pas encore envisagé pour le moment.

A quand la prochaine œuvre littéraire ?

Patience ! Il faut déjà faire connaître celui-là d’abord. Mais, cela viendra très prochainement. Donnez-moi au moins un an de repos pour voir comment celui-ci se comporte déjà. Pendant ce temps, je serai en train d’écrire.

Réalisé par M.Ouattara, coll ROK

Commentaire

PARTAGER