Journée mondiale de la presse Ce qu’il faut retenir du webinaire de l’Union des journalistes de la presse libre africaine

4969
Dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai 2021, l'Union des journalistes de la presse libre africaine(UJPLA)

Dernère publication

Dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai 2021, l’Union des journalistes de la presse libre africaine(UJPLA) a organisé le même jour sur Label TV, un webinaire sur le thème: “L’information comme bien public”.

Présenté par Aziz Adewale Tchandi, ce panel a réuni Josué Blaise Mbanga, secrétaire général de l’Union des journalistes de la presse libre africaine (UJPLA), Souleymane Traoré, président du Groupe d’étude et de recherche sur la démocratie et le développement économique et social(GERDDES) Afrique section Côte d’Ivoire, Thierry Okan, Chef du département des droits civils et politiques du Conseil national des droits de l’homme en Côte d’Ivoire (CNDHCI), ainsi que Qemal Affagnon, directeur Afrique d’Internet sans frontières et porte-parole de l’Ujpla. Les panelistes ont intervenu sur le thème :«L’information comme bien public» pour célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse. «L’accès à l’ information fait que les journalistes eux-mêmes ne sont pas outillés pour pouvoir distiller l’information. Il va falloir être très rigoureux et ferme dans le cadre des agréments des radios, de la presse écrite» a fait savoir le secrétaire général de l’UJPLA. Parlant de l’ importance des journalistes dans la lutte contre la pandémie à Coronavirus à travers des informations fiables, Souleymane Traoré, a dit : «L’information doit passer par ce que vous appelez la liberté d’expression. Il ne peut pas avoir de démocratie sans une liberté de presse. S’il y avait eu vraiment une liberté d’expression en Chine où cette maladie a débuté, d’aucuns pensent que 80% des malades seraient épargné de cette pandémie(…) Il y a une sorte de rétention à l’information médicale par rapport à cette pandémie. Ce qui est dommage ! ». Et à Thierry Oka d’ajouter : «Aujourd’hui avec la pandémie à Coronavirus, la communication doit être menée avec beaucoup de professionnalisme. Quand cela est laissé au libre exercice des réseaux sociaux avec les fakenews, nous avons reçu des informations qui n’étaient pas de véritables informations. Lesquelles informations ont peut-être même aggravé la stigmatisation de cette maladie». Selon lui, la maîtrise de l’information en cette période de pandémie, peut permettre une réponse idoine. Les panélistes ont relevé le rôle des réseaux sociaux dans l’accès à l’information. Ils ont indiqué que la culture permet de faire la différence entre les fakenews et les bonnes informations. Ensemble, Aziz Adewale Tchandi et ses invités ont rendu un hommage à Bechir Ben Yahmed, fondateur de Jeune Afrique. Il s’est éteint le lundi 3 mai 2021, jour de célébration de la liberté de la presse, à l’âge de 93 ans, après une hospitalisation à Paris depuis la fin du mois de mars.

MO avec KN

Commentaire

PARTAGER