La vie pendant Covid 19: des bandits sectionnent ses 2 mains (Abobo BC, Côte d’Ivoire)

2987

Dernère publication

Dans la nuit du samedi 28 mars 2020 à dimanche 29 mars 2020, pendant que la ville d’Abidjan était sous couvre feu, des bandits constitués d’enfants en conflit avec la loi, ont fait irruption dans une cour à Abobo, quartier BC.

À cette Gnongohi Bonmanin Stéphane Alain a reçu des coups de machette, qui ont sectionné ses deux mains, et laissé plusieurs blessures sur son corps.

Informés, Lassina Ouattara, conseiller technique à la Présidence de la République et le médecin du Premier ministre, se sont rendus sur les lieux, mardi 31 mars 2020, pour s’enquérir de l’état de santé de la victime

Il a promis que les investigations sont en cours pour identifier les auteurs , et faire parler la justice.
Il a également annoncé la poursuite des efforts pour renforcer la sécurité des populations aussi bien à Abobo, que sur l’ensemble du territoire ivoirien.

Dans les heures qui ont suivi, le communiqué ci-dessous a été publié sur la page Facebook de la police nationale, pour expliquer l’arrestation des auteurs présumés de l’agression, ainsi que les circonstances.

police

« COMMISSARIAT DE POLICE DU 13EME ARRONDISSEMENT D’ABOBO
INTERPELLATION DES INDIVIDUS QUI ONT SECTIONNÉ LES MAINS D’UN HOMME DANS LA NUIT DU SAMEDI 28 MARS 2020
À ABOBO

Le samedi 28 mars 2020, tard dans la nuit, des individus se sont introduits dans une cour commune de neuf domiciles où ils ont sectionné les mains d’un homme.

Suite à cette agression, le Commissaire de Police GNIZAKO MARIE-LAURE et ses collaborateurs ont mené immédiatement des investigations qui ont permis d’interpeller 05 individus dont l’âge varie entre 14 et 21 ans ce mardi 31 mars 2020.

En effet, le nommé GNOGOHI STÉPHANE, couturier le jour et cybercriminel (brouteur) la nuit, avait réussi à extorquer la Somme de trois millions cinq cent mille (3 500 000) FCFA à occidental. Après la perception de cette somme, il a refusé de partager avec ses acolytes malgré leurs insistances.

En réaction à ce refus catégorique, sous prétexte qu’il aurait “travaillé seul”, ses acolytes se sont rendus chez lui pour lui réclamer de force leur part. C’est ainsi qu’ils ont, suite aux mésententes, sectionné ses deux mains.

Par ailleurs, face aux informations erronées qui ont circulé sur les réseaux sociaux suite à cette agression, il est important de signaler qu’aujourd’hui, grâce à l’opération EPERVIER, le phénomène des enfants en conflit avec la Loi est en régression.

SERVIR, NOTRE VOCATION. MERCI DE NOUS FAIRE CONFIANCE ».


Charles K

Commentaire

PARTAGER