Le chef central des Senoufo d’Adjamé intronisé : les mots d’ordre du général Issa Coulibaly : ” tailler en pièces ce mensonge “

5613

Dernère publication

« Le chef ne fait pas de politique politicienne. Les intrigues de bas aloi son inconnus par le chef. Mais nous sommes dans une circonstance où l’actualité politique m’oblige à ouvrir une lucarne. Le chef ne fait pas de politique, mais il doit pouvoir guider. Il doit pouvoir orienter, conseiller ».

C’est en ces termes que le général Issa Coulibaly, le Directeur général des Douanes, représentant le samedi 8 octobre 2016 Amadou Gon Coulibaly, le ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence de la République, parrain de la cérémonie d’intronisation du chef traditionnel de la communauté sénoufo d’Adjamé organisée au stade de ladite commune, a justifié l’orientation de son discours vers l’avant-projet de loi portant nouvelle Constitution.

Au sujet de cette Constitution dont le président de la République, Alassane Ouattara, veut doter la Côte d’Ivoire, le général Issa Coulibaly a indiqué aux chefs traditionnels sénoufo réunis pour l’occasion, que « les prophètes de malheurs, les cassandres disent que nous n’avons pas besoin d’une nouvelle Constitution » et « veulent organiser des sit-in » en plusieurs endroits.

« Mais, vous devez tailler en pièces ce mensonge. Qui ne se souvient des déchirures, de la descente aux enfers de notre pays lors des différentes successions (à la présidence de la République, Ndlr) ? Notre Constitution actuelle est truffée de gênes confligènes qui ont plongé le pays dans une crise sans nom dont le paroxysme a été la crise postélectorale que nous avons connue. C’est de tout cela que le président Alassane Ouattara ne veut plus. (…) Il s’agit de donner à notre pays une norme juridique supérieure qui le mette définitivement à l’abri des aventures, des querelles fratricides, pour lui donner un socle de paix. Car sans la paix, sans la stabilité, rien de grand ne peut se construire. On a souvent entendu que le succès de ce pays repose sur l’agriculture. Cela est sans doute vrai. Mais, il faut tout suite ajouter que le succès du pays d’Houphouët-Boigny a longtemps reposé sur la paix, sur la stabilité. C’est cela que nous avons perdu », a expliqué le Directeur général des Douanes. Le président Ouattara, a-t-il poursuivi, veut doter la Côte d’Ivoire d’une nouvelle Constitution pour mener le vrai combat qui vaille la peine d’être mené. A savoir, « le combat pour le développement, pour la prospérité, le progrès et l’émergence ».

Au nom du Secrétaire général de la présidence, il a alors livré ce message aux chefs senoufo : « Lorsque cette Constitution sera soumise au vote référendaire, sortez massivement comme u seul homme pour voter “oui’’ à cette Constitution pour la 3e République. En tant que chefs, vous êtes les premiers en contact avec les populations, avec nos parents. C’est pourquoi, vous devez leur faire comprendre, partout où ils sont, l’opportunité de débarrasser la Côte d’Ivoire de cette Constitution confligène, faite d’exclusion. Ceci, pour doter la Côte d’Ivoire d’une Constitution qui l’amène de façon définitive dans la stabilité. ». Le général Issa Coulibaly a, par ailleurs, salué l’esprit d’organisation de la communauté sénoufo dont celle d’Adjamé qui s’est « librement donn(ée) un chef », en la personne de Coulibaly Ali. Youssouf Sylla et Danho Paulin, les maires des communes d’Adjamé et d’Attécoubé comptaient parmi les personnalités qui ont honoré de leur présence cette cérémonie.

Alex Aguié

Commentaire

PARTAGER