Le cœur de la Côte d’Ivoire traditionnelle bat au CAVA

14796
centre artisanal de la ville d’Abidjan, le CAVA

Dernère publication

Situé sur la commune de Treichville, dans un des quartiers les plus animés de la ville, se trouve le centre artisanal de la ville d’Abidjan, le CAVA. Ce village artisanal est un haut lieu de l’art africain en Côte d’Ivoire. A peine, dans ce site atypique qu’un masque Soleil vous accueille de ses couleurs lumineuses. C’est donc sous la protection des symboles africains qu’il est possible de flâner dans les allées en quête de découverte.

Créé en 1991, le CAVA, regroupe aujourd’hui plus de 130 boutiques dans une enceinte fermée avec environ 350 artisans, sculpteurs, potiers, peintres ou couturiers. Cette petite communauté est gérée par une coopérative très dynamique où tout le monde se connaît, s’interpelle, discute, échange pour satisfaire le client dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Le CAVA est ouvert sur l’art africain en général. On trouve de remarquables pièces en provenance du Nigeria, du Ghana, du Togo ou du Mali. Comme en témoigne cette commerçante qui montre son large choix de superbes bijoux Touaregs.

« Ici tout est fait à la main dans des ateliers d’artisans ou sur place » précise un vendeur de statuettes, en prenant le temps d’expliquer les techniques de confection à qui s’y intéresse. Fiers de leur savoir-faire, ces artistes-artisans déplorent pourtant qu’une partie de la production soit copiée et produite hors du sol africain. Ils désapprouvent les contrefaçons venant d’Asie vendues sur d’autres marchés. A première vue, ces objets africains fabriqués en Chine sont très ressemblants, mais au toucher, ils sont beaucoup plus légers et fragiles que ceux fabriqués par les artisans locaux. Si les commerçants préfèrent rester discrets sur ce point, on sent bien que c’est une de leur préoccupation majeure avec des conséquences importantes sur leurs ventes. « Heureusement, ici tout est authentique », précise un client grand collectionneur de masques qui semble être comme chez lui au CAVA.

La visite des boutiques se poursuit sous l’ombre des arbres protecteurs. Tous les arts sont représentés : statue de bronze, bijoux fantaisie, mobiliers d’art, batiks, toiles de Korhogo, masques traditionnels. Le visiteur peut apprendre le jeu d’Awalé avant de s’en offrir un, joliment décoré. Les touristes sont nombreux. Un couple canadien a découvert le passeport africain et après le traditionnel marchandage est reparti avec deux reproductions de masques Baoulé. Plus loin c’est un couple ivoirien de Marcory qui cherche une table basse en bois pour décorer son intérieur. Enfin, proche de la boutique d’un sculpteur, c’est un groupe de militaires qui repart les mains pleines de souvenirs réalisés spécialement sur commande.

Étape incontournable de la ville, de nombreux livres touristiques recommandent le CAVA pour découvrir l’art traditionnel africain. Mais ce centre est aussi tourné vers l’avenir. Il devrait connaitre ces prochaines années des améliorations. Un vaste programme de recensement est en cours pour permettre un travail de réhabilitation du site. Ce projet permettra de restaurer les échoppes les plus abimées et de réorganiser les îlots des artisans pour accueillir plus de touristes et de badauds à la recherche d’objets inédits.

Présent sur Facebook (page LECAVA) et bénéficiant de nombreux commentaires positifs sur Tripadvisor, le CAVA mérite bien le surnom de caverne d’Ali Baba des objets artisanaux tant le choix est varié et de qualité.

A la fin de la visite, arrêtez-vous au centre du CAVA prêt du maquis et, avant de partir, écoutez battre le cœur de la Côte d’Ivoire.

Pour acheter votre journal du jour en PDF – les archives et les numéros récents, cliquer  …..

 

 

https://www.lintelligentdabidjan.info/client/produit/n3749-4/

Commentaire

PARTAGER