Littérature: ‘’La voix des enfants’’, une œuvre qui dénonce les enlèvements et maltraitance des enfants

4937

Dernère publication

‘’La voix des enfants’’ est un essai de 70 pages sorti au 2è trimestre 2019 chez GNK Éditions. Son auteur, Arsène Koffi Kouakou, par cette œuvre littéraire, dénonce avec subtilité l’enlèvement et l’exploitation des enfants dans ce monde mercantile où la course au dieu-argent est la norme.

Pis, l’auteur met sur orbite l’enlèvement des enfants pour des meurtres rituels afin d’avoir le pouvoir politique ou social. La trame de l’essai, ‘’La voix des enfants’’, est la soif du pouvoir qui a conduit deux camarades (Mark et Robert), tous des cadres à aller voir un féticheur qui leur a demandé du sang humain pour être ministre pour l’un et directeur général de la société nationale pétrolière pour l’autre . Alors, les deux cadres sollicitent les services des brigands pour leur offrir deux enfants moyennant un million de francs CFA. Ceux-ci vont enlever deux enfants et les remettre aux cadres au bord d’une rivière pour les meurtres rituels. Les brigands feignent de partir et vont se dissimuler dans la broussaille pour filmer la scène rituelle avec leur téléphone portable. Après avoir mis les deux enfants à mort et recueilli leur sang, les deux camarades (Mark et Robert) vont donner le sang au féticheur qui fait le travail. L’un des deux cadres est devenu ministre et l’autre directeur général . Pendant ce temps, l’affaire de l’enlèvement des deux enfants a envahi tout le pays parce que les parents, désemparés, ont lancé la recherche. Le gouvernement, par le biais du ministre-meurtrier d’enfant, fait une déclaration télévisée pour condamner vigoureusement l’enlèvement des deux enfants. Après avoir vu cette déclaration télévisée, les brigands ont reconnu leur ‘’client’’ et ont demandé au ministre de leur verser 500 mille francs par mois. Faute de quoi, ils vont diffuser la vidéo du meurtre qu’ils détiennent. Le ministre panique et appelle son ami, devenu directeur général de la société nationale pétrolière. Les deux camarades (Mark et Robert) font assassiner les deux brigands pour étouffer l’affaire. Mais, hélas ! La vidéo était déjà entre les mains de la police nationale.
La première de couverture de l’œuvre est d’un vert canard dégradé et illustrée par le portrait d’un garçon au regard inquisiteur.
L’auteur Arsène Koffi Kouakou est le président de l’union nationale des étudiants de l’INFAS et membre du parlement des jeunes de Côte d’Ivoire.

M. Ouattara

Commentaire

PARTAGER